L'alsacien s'invite sur les réseaux sociaux

20 février 2019 à 19h54 par Estelle Burckel

TOP MUSIC
Photo pour illustrer le concours photo de l'OLCA sur Facebook. /@OLCA

Des clichés pour casser les clichés ! C'est la nouvelle idée de l'Office pour la Langue et les Cultures d'Alsace et de Moselle (OLCA) dans le cadre du festival "Friehjhor fer unseri sproch". Un concours photo est organisé pour l'occasion.

Après Sélestat, Sarreguemines ou encore Mulhouse, le festival du printemps de l'alsacien "Friehjhor fer unseri sproch" aura lieu pour la première fois à Strasbourg du 20 au 30 mars. Au programme, dix jours de festivités et 18 événements partout dans la ville. Dans ce cadre, l’OLCA a organisé un concours photo sur les réseaux sociaux, avec pour thème "L’alsacien : des clichés pour en sortir". Pour Mélanie Marzolf, chargée de communication et évenementiel à l’OLCA, "il s'agit en effet d'aller au delà de la flammenkuche, de la bretzel ou de la cigogne.

Pour participer c'est très simple : il suffit de poster une photo sur Facebook et Instagram en "public" mettant en scène un objet, un lieu ou un vêtement par exemple. La seule condition obligatoire, c'est que l'on voit sur la photo une phrase ou un mot en alsacien. La photo devra être accompagnée du hashtag #ElsassPix. Elle devra également être envoyée par courriel à laura.girodeau@oclalsace.org.

Mélanie Marzolf explique que ce n'est pas anodin si le concours photo se passe sur les réseaux sociaux :

C'est pour montrer que les jeunes peuvent s'en emparer aussi (de l'alsacien). C'est que l'alsacien ce n'est finalement pas incongru sur Facebook, Twitter ou Instagram, sur internet en règle général. L'alsacien est encore utilisé est n'est pas cantonné à des vieux bouquins poussérieux.

Elle rappelle également que l'alsacien évolue positivement chez les jeunes grâce à des actions comme celles-ci :

L'image de l'alsacien se déringardise grâce à ce type d'actions. Le NL Contest s'investit, les Hopl'awards ont une catégorie spéciale "alsacien". Il y a également des resto comme le Troquet des Kneckes qui a des expressions alsaciennes sur les murs ou encore un menu traduit en alsacien. Ces des petites actions assez révélatrices de l'évolution de l'alsacien auprès des jeunes.