A quel trail s'inscrire ? Coups de coeur d'un sportif alsacien

Publié le 14/03/2019 à 06:10 - Mise à jour le 14/03/2019 à 07:50

Facebook Twitter Imprimer Envoyer par e-mail Commenter
A quel trail s'inscrire ? Coups de coeur d'un sportif alsacien C'est parti pour un petit entrainement entre midi et deux / @Top Music

C’est le moment de vous inscrire aux courses, marathons, trails et autres courses d’obstacles. Mais les événements sportifs sont nombreux en Alsace. Comment choisir ? Nous avons rencontré Mickaël, sportif et "trailer" de 33 ans qui nous livre ses coups de coeur.

"J’ai commencé la course à pieds parce que comme beaucoup de monde j’étais un peu en suproids", explique Mickaël Brunner. C’était il y a un peu plus de cinq ans. Depuis, ce futur papa d’Obernai a écumé les courses alsaciennes : "ma première course c’était les 10 km de Sélestat, puis ma première course avec dénivelé les 11 km d’Obernai (150 mètres de dénivelé)". Mickaël enchainait jusqu’à 20 courses par an au début, que des courses sur route, mais il s’est vite lassé et fait uniquement des trails aujourd’hui (6 trails en 2018, d’environs 50 km chacun avec 2 000 mètres de dénivelé) : "le trail, il y a un côté plus imprévisible (le terrain, la forme physique, etc.), il y a plus de sensations et plus de sentiment de liberté".

Mon avis, c’est qu’il vaut mieux privilégier la qualité des courses. En faire moins mais faire des choses qui vraiment nous plaisent et vont nous marquer, plutôt que de faire de la quantité. On doit se souvenir de deux-trois courses qui nous auront marqué, de deux-trois beaux souvenirs de courses

Etablir un planning en début d'année

Son planning de courses, Mickaël le prépare dès le mois de décembre (grâce au site "L’Alsace en courant").

Dans une année, je vais sélectionner deux-trois trails clés qui me plaisent vraiment, que j’ai envie de faire. Souvent j’en cale un au printemps, un en été et un à l’automne. J’essaye d’éviter l’hiver, de couper un peu en hiver. Et en fonction de ces deux-trois dates que j’ai calé, je cale des courses intermédiaires qui sont plus courtes, deux-trois semaine voire un mois avant l’échéance.

Mickaël débutera sa saison ce dimanche par le Trail du Petit Ballon (56 km, 2 000 mètres de dénivelé) puis il devrait enchainer par le Trail du Wurzel en avril (54 km), le Trail du Haut-Koenigsbourg en septembre (54 km) et le Trail de Munster, en octobre (70 km). Le jeune homme fera aussi l’impasse sur certains trails qu’il apprécie moins : "le Trail de Ferrette, je ne le referais plus, il y a trop de gros sentiers".

Alors il y a le Trail de Munster qui est mon coup de coeur parce qu’il est à l’automne, dans une bonne fenêtre de calendrier, au mois d’octobre. Parce que la Vallée de Munster c’est vraiment super jolie, il y a des paysages vraiment somptueux avec un tracé qui est très très beau. Après il y en a d’autres, d’autres courses qui me tiennent beaucoup à coeur et que j’aime bien : il y a le Trail du Val d’Argent par exemple (le 5 mai).

Mickaël à l'entrainement / @DR

Croiser les sports

"Le sport, c’est comme la nourriture, il faut respecter les saisons". Mickaël s’est donc mis au cross-training : du ski en hiver, du vélo et de la natation au printemps et continue aussi le basket. Tous sports confondus, il fait entre 5 à 6 entrainements par semaine.

C’est ce qu’on appelle le cross-training ou l’entrainement croisé. Ça permet d’éviter, de solliciter trop certains groupes musculaires, les genoux par exemple quand on fait du trail. Tous les sports portés vont pouvoir vous faire travailler le cardio, surtout des séances longues, quand on fait trois-quatre heures de vélo on travaille bien le cardio, sur une intensité plutôt basse, sans taper dans les genoux, dans les muscles des chevilles.

Pour le plaisir avant tout

"Mon objectif n’est pas de performer, mais de me dire que quand j’aurais 80 ans je pourrais continuer", affirme Mickaël. 

Pour l’instant c’est que du trail parce que c’est là que je me sens le plus à l’aise et c’est là aussi que je me sens peut-être le plus légitime parce que j’en ai déjà fait pas mal et je connais toute l’ambiance qu’il y a autour. Mais le triathlon c’est quelque chose qui m’attire pas mal et que j’aimerai bien essayer. Je pense qu’il faut y aller progressivement et se fixer des objectifs raisonnables.

Côté budget, même si la course à pieds est accessible au plus grand nombre, il faut un peu d’équipement. Mickaël consacre 200€/an pour des chaussures, 150€/an pour les inscriptions aux trails et 80€/an pour des accessoires (sac, bouteille, etc.).

En-dehors de son planning de courses annuel, Mickaël s’est lancé dans un planning sur trois ans avec pour objectif l’OCC (sur 55 km et 3 500 mètres de dénivelé, l’une des courses de l’Ultra Trail du Mont Blanc). Souhaitons-lui d’y parvenir !


Et vous ? Dites-nous en commentaires quelle course, quel trail vous attire ?


Facebook Twitter Imprimer Envoyer par e-mail Commenter
0

Votre vie privée est importante pour nous
En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. En savoir plus et paramétrer les cookies.