Selon Greenpeace, un tiers des écoles à Strasbourg cernées par la pollution de l'air

Publié le 02/04/2019 à 11:05 - Mise à jour le 02/04/2019 à 18:43

Facebook Twitter Imprimer Envoyer par e-mail Commenter
Selon Greenpeace, un tiers des écoles à Strasbourg cernées par la pollution de l'air La carte interactive de Greenpeace / @Greenpeace

D’après une analyse cartographique menée par Greenpeace à l’échelle de l'agglomération de Strasbourg, plus d’une école ou crèche sur trois se situe à moins de 200 mètres d’une zone où la pollution de l’air au dioxyde d’azote dépasse le niveau légal. 

Greenpeace publie aujourd’hui une carte interactive, qui superpose la carte de la pollution de l’air extérieur au dioxyde d’azote (NO2) en moyenne sur 2017 et les localisations des crèches et écoles. Grâce aux modélisations et à la carte (3) en libre accès réalisées par Atmo Grand Est, Greenpeace a pu établir les niveaux annuels de dioxyde d’azote atteints autour de chaque établissement.

Dans son communiqué, Greenpeace précise : " face à la pollution de l’air, les enfants sont plus vulnérables que les adultes. Ils respirent plus vite et inhalent donc plus de polluants. Ils sont physiquement plus proches du sol, où la concentration de polluants est souvent plus forte alors que leur cerveau, leurs organes et leurs poumons sont encore en développement, donc plus fragiles."

 "Asthme, toux, troubles du développement mental, détérioration de la fonction pulmonaire, risques de maladies cardio-vasculaires à long-terme : l’exposition quotidienne des enfants à la pollution de l’air a des conséquences dramatiques. Plus de la moitié des écoles et crèches de Strasbourg se situent à moins de 200 mètres de niveaux illégaux ou inquiétants de pollution atmosphérique : c’est inacceptable ", explique Sarah Fayolle, chargée de campagne Pollution de l’air et Transports à Greenpeace France.  

Le communiqué précise également : au niveau de la métropole de Strasbourg, le trafic routier est le premier secteur émetteur d’oxydes d’azote. Les véhicules roulant au diesel sont particulièrement émetteurs. " L’Eurométropole et la mairie de Strasbourg ont la responsabilité de protéger nos enfants en créant de toute urgence une Zone à faibles émissions, qui limite progressivement la circulation des voitures et des camions polluants et fixe un cap de sortie du diesel dès avant 2025. Ces mesures feront sûrement partie des discussions sur le Plan Climat Air Energie 2030 qui est à l’ordre du jour du Conseil métropolitain de ce vendredi 5 avril. Nous demandons à l’ensemble des élus de la métropole et des municipalités qui la compose de se montrer à la hauteur ", affirme Lucille Auger, référente Pollution de l’air et transports à Greenpeace Strasbourg. En parallèle, les élu-e-s doivent continuer à développer les alternatives, aider celles et ceux qui en ont besoin à changer de mode de transport, et s’opposer au Grand contournement ouest, un projet routier d’un autre temps.

Les militants de Greenpeace vont se rassembler ce samedi 6 avril entre 10 h et 13 h place Kléber à Strasbourg.

Lien vers la carte interactive de Greenpeace


Facebook Twitter Imprimer Envoyer par e-mail Commenter
0

Votre vie privée est importante pour nous
En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. En savoir plus et paramétrer les cookies.