IS 2018 : Tennis, photo, les femmes à l'honneur !

Publié le 23/05/2018 à 16:10

Facebook Twitter Imprimer Envoyer par e-mail Commenter
IS 2018 : Tennis, photo, les femmes à l'honneur ! Patrick Adler et le portrait de France Gall signé Pierre Terrasson.

Temps de lecture : 6 min

Le tournoi strasbourgeois est une ode à la femme. Une expo photo dans l'espace VIP vient confirmer cet amour porté, non seulement aux joueuses, mais aux femmes en général.

Dans l'espace VIP des IS, c'est Patrick Adler qui nous retrouve. Le fondateur de l'Aedaen Gallery et du magazine "Or Norme" a répondu à une demande de Denis Naegelen, le directeur du tournoi, et imaginé une expo photo autour de la femme. Et ce n'est pas avec n'importe quel photographe : Pierre Terrasson, dont l'objectif a capturé les plus grandes stars du rock.

Top Music : Patrick, on fait la part belle aux femmes ici !

P.A. : Pierre Terrasson c'est un peu le photographe légendaire et iconique des années '70 et '80. Il a photographié toutes les stars du rock, qu'elles soient françaises ou étrangères, il a 40.000 . Et là pour cette expo, le directeur des IS, Denis Naegelen, m'avait demandé de choisir un thème, et si possible autour de la femme, donc on a fait que des portraits de femmes ! D'où le titre de l'expo, "Rencontres féminines". Ce sont donc des portraits de femmes qui représentent quelque chose, chacune dans leur domaine, et qui se sont exprimées sur d'autres sujets. On a à la fois des femmes qui sont des actrices, des chanteuses... 

Deux-trois exemples ? 

Là devant nous on a par exemple Izia Higelin, la fille de Jacques, Elie Medeiros qui était une icône de la scène rock des années '80, Césaria Evora, France Gall, Björk, Françoise Hardy, Jane Birkin... Il y a 30 portraits différents, chaque fois avec une citation et une référence à ce qu'elles ont fait durant leur carrière. 

Est-ce que c'est une façon de dire que les IS sont une ode à la femme ? 

Absolument ! Denis Naegelen tient beaucoup à ça : à ce que le sport soit aux premières loges pendant la semaine mais aussi la femme, aussi l'éco-responsabilité à laquelle il tient beaucoup. Pour lui, le tournoi est bâti sur ces trois valeurs. Et là, on aurait pu se dire, "bah on fait une expo autour du sport, ou de la femme dans le sport, ou encore autour des tenniswoman"... Mais l'idée c'était de montrer que ce lieu-là est un lieu où l'on peut évoquer autre chose.

Parmi tous ces beaux portraits, si vous deviez en garder un, pour la force de la photo ?

J'ai une petite préférence, c'est le portrait de France Gall. C'est très touchant. C'est une photo prise en 1994 après la mort de Michel Berger, et elle a ce regard à la fois triste et pétillant d'intelligence. C'était une femme très engagée, notamment pour l'Afrique, et voilà, c'est ma petite préférence.


Facebook Twitter Imprimer Envoyer par e-mail Commenter
0