Thierry Omeyer : "J'espère avoir donné envie aux jeunes de devenir gardien"

Publié le 21/10/2020 à 15:49 - Mise à jour le 21/10/2020 à 16:18

Facebook Twitter Imprimer Envoyer par e-mail Commenter
Thierry Omeyer :  La biographie de Thierry Omeyer, aux éditions Marabout

Le légendaire gardien alsacien Thierry Omeyer sort son autobiographie, "Chaque but est une défaite". L'occasion pour le handballeur de revenir sur une carrière sans équivalent.

Artwork

Avec l'équipe de France, Thierry Omeyer, c'est 357 sélections, deux médailles d'or olympiques, cinq championnats du monde et trois championnats d'Europe. En club, c'est la folie : 4 ligues des champions, 10 fois champions de France, 6 fois champion d'Allemagne, 27 coupes nationales en tout... La performance se place dans la durée, de ses débuts à Cernay, puis en pro à Sélestat, jusqu'à Kiel et le PSG en passant par Montpellier. Mais comment on fait pour rester à ce point dominant, pendant 20 ans ? "J'ai cet esprit de compétition depuis tout petit", nous a raconté Thierry Omeyer ce mercredi après-midi, au téléphone. "Chaque club m'a amené une nouvelle façon de fonctionner, et m'a apporté une nouvelle motivation. Mais surtout, j'ai gardé la même envie, le même plaisir sur le terrain." 

Quand on a autant gagné, il est difficile de faire le tri. Dans son livre, "Titi" raconte toutes ces aventures marquantes, à commencer par les JO. "Les titres olympiques, c'est au-dessus... Mais je n'oublie pas que ma première compétition avec les Experts, c'est un Mondial gagné en France, et que la dernière, c'est un Mondial gagné en France. Entre les deux, 16 ans se sont écoulés. C'est ce que je raconte aussi dans ce livre : je suis passé du statut de jeune joueur à celui de cadre. Les rôles se sont inversés.

Toujours supporter du SAHB

De l'enfance alsacienne à la folie allemande de Kiel, il n'y a qu'un pas, car Omeyer en reste convaincu, "l'Alsace est une vraie terre de handball. Je continue de suivre Sélestat, qui reste un club important à mes yeux. Ils font un très bon début de saison, et je vais avoir un peu plus le temps de venir les voir maintenant !

De cette carrière hors norme, Thierry Omeyer, né à Mulhouse le 2 novembre 1976, gardera une fierté : "J'espère que j'ai donné envie aux jeunes de devenir gardien. Que ce soit pour eux un vrai choix, pas un choix par défaut parce qu'on n'est pas assez performant dans le champ. C'est un poste à part, un poste à responsabilité." Que personne n'aura mieux incarné que notre Titi national. 


> "Chaque but est une défaite", aux éditions Marabout


Facebook Twitter Imprimer Envoyer par e-mail Commenter
0

Votre vie privée est importante pour nous
En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. En savoir plus et paramétrer les cookies.