AstraZeneca : méfiance ou confiance ? Témoignages de vaccinés

23 avril 2021 à 14h00 par Rédaction

TOP MUSIC
Le centre de vaccination de la clinique Sainte-Barbe vaccine 300 personnes par jour. /@ Top Music

Depuis lundi à la clinique Sainte Barbe de Strasbourg, des doses supplémentaires de vaccins AstraZeneca attendent les professionnels prioritaires et les personnes âgées de plus de 55 ans. Les patients éligibles peuvent venir tous les jours, sur rendez-vous, entre 16h et 20h.

Camille Guillaume, coordinateur du centre de vaccination de la clinique Sainte Barbe à Strasbourg, s'exprime sur l'ouverture de nouveaux créneaux et la défiance du grand public pour le vaccin AstraZeneca : "On accueille les patients avec un médecin et une infirmière qui sont là pour répondre à leurs questions et les renseigner sur le vaccin, s'ils ne l'ont pas fait auparavant. (...) On a ouvert des créneaux qui se sont remplis très vite et on a un carton plein sur les créneaux ouverts. (...) Il y a effectivement des annulations, comme pour tous vaccins, pour des personnes qui seraient bloquées chez elles pour des raisons de transports, des personnes qui auraient attrapé la maladie entre-temps. Mais on arrive à être assez réactifs sur le sujet pour éviter qu'une dose soit perdue, on ne jette aucune dose. (...) On est sur un rythme (de vaccination) de 300 personnes par jour, rien que sur la clinique Saint Barbe et presque 500 personnes par jour le week-end. On va également ouvrir des créneaux de vaccination AstraZeneca à La Wantzenau sur deux week-ends à venir, soit 400 vaccinations supplémentaires. Le groupe a également une antenne de vaccination dans la vallée de la Bruche, à la clinique Saint Luc à Schirmeck, dans laquelle on effectue 1300 vaccinations par semaine en complément pour le groupe."

Écoutez Camille Guillaume au micro de Léo Doré pour Top Music :

Hier, plus de 6000 personnes ont été vaccinées en Alsace. /@ Top Music

La parole aux vaccinés : une réelle méfiance du vaccin AstraZeneca ?

Dans ce long couloir d'hôpital, les patients répondent présent et tout est fait pour les orienter au mieux. À leur arrivée, première étape obligatoire : remplir une feuille de contact. Si tout est en ordre après leur passage au secrétariat, les patients sont invités à patienter dans le couloir. Une fois leur tour arrivé, ils sont appelés, puis vaccinés. Et avant de partir, par mesure de sécurité, les patients doivent attendre 15 minutes supplémentaires. À la clinique Sainte Barbe, les vaccins Pfizer et AstraZeneca sont administrés aux Strasbourgeois. Du côté de l'AstraZeneca, tous partagent le même sentiment : la méfiance ne règne pas.

Claude travaille dans l'enseignement supérieur et a plus de 55 ans. Il est venu pour être vacciné avec le vaccin AstraZeneca. Il n'a "pas de crainte particulière" et relativise : "Les effets indésirables qui ont été mortels sont vraiment minimes, il n'y a pas lieu de s'inquiéter spécifiquement" :

Jean-Jacques, aussi éligible, est catégorique : "Je n'ai aucune crainte par rapport aux vaccins. (...) Tous les médicaments ont des effets secondaires" :

Une enseignante, qui souhaite rester anonyme, est venue "à reculon", elle ne sait "plus quoi croire, qui croire, ce qui est bien, ce qui n'est pas bien" :

Une réponse gouvernementale à la méfiance

Pour faire face à la méfiance du grand public contre le vaccin AstraZeneca, le gouvernement souhaite compter sur des célébrités et des ministres de plus de 55 ans pour donner l'exemple et inciter les Français à se faire vacciner. Le scénario envisagé : les suivre durant leur vaccination et filmer l'injection. Mercredi, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal est revenu sur l'idée : "Ça peut être des personnalités populaires qui sont bien connues des Français. Ça peut être des personnages publics qui sont dans la cible d'âge et qui pourraient aussi médiatiser leur vaccination". Des noms comme Arthur, l'actrice Mimi Mathy ou encore Sheila auraient été cités.

Lors du point presse du gouvernement jeudi soir, le Ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer a affirmé qu'il se fera vacciner avec un vaccin AstraZeneca "sans aucune appréhension" samedi. Le Ministre de la Santé Olivier Véran a également pris la parole pour dédiaboliser le vaccin AstraZeneca : "Dans de très rares cas, il peut provoquer des thromboses (...), des effets indésirables très graves et très rares : 5 cas environ pour 1 million de personnes vaccinées. (...) Si vous prenez l'avion pour traverser l'Atlantique, vous risquez également de faire des thromboses parce que vous allez être moins mobile. Ce risque est 50 fois plus élevé que si vous vous faîtes vacciner par AstraZeneca."