L’Industrie Magnifique à Strasbourg, les Tanneries Haas & Bénédicte Bach : j'veux du cuir et des nuages !

Publié le 11/06/2021 à 16:45 - Mise à jour le 11/06/2021 à 17:13

Facebook Twitter Imprimer Envoyer par e-mail Commenter
L’Industrie Magnifique à Strasbourg, les Tanneries Haas & Bénédicte Bach : j'veux du cuir et des nuages ! L’œuvre "Portées aux nues" de Bénédicte Bach /@ B. Larcat

Cette vidéo nous emmène dans l’univers des Tanneries Haas à Mittelbergheim et de l’artiste Bénédicte Bach. La plasticienne Bénédicte Bach a conçu l’œuvre “Portée aux nues”, un paysage de trente nuages tout en cuir, visible jusqu'à ce dimanche 13 juin, rue des Hallebardes à Strasbourg, à l’occasion de L’Industrie Magnifique. 


Interviews en vidéo de Jean-Christophe Muller, directeur général des Tanneries Haas et de l’artiste Bénédicte Bach au micro d'Anne-Sophie Martin.


Le directeur général des Tanneries Haas, Jean-Christophe Muller présente l’activité de son entreprise qui  vend des peaux pour l’industrie du luxe, pour les marques Chanel, Vuitton, Hermès, Céline. Il évoque son projet d'agrandissement des Tanneries avec une nouvelle usine pour intégrer également la Tannerie Degermann, acquise récemment.

"La tannerie, le travail du cuir, c'est l'un des plus anciens métiers du monde. Au début du 20ème siècle, c’était la deuxième industrie française en termes d’emplois. Aujourd’hui, il ne reste plus que 1500 salariés en France dans l’industrie de la tannerie. Je suis le représentant de la sixième génération. La tannerie vient du côté de ma maman. Elle est installée sur la zone de Eichhoffen-Mittelbergheim depuis 1842.", précise Jean-Christophe Muller.

Le directeur des Tanneries Haas balaie l'objection vegane : "le cuir est un des premiers produits de recyclage. Quand on parle d’upcycling, on traite des peaux brutes issues d’abattoirs. Tant qu’on va manger de la viande, il y aura des peaux. Et ces peaux, plutôt que de les détruire, nous les transformons dans un produit qui va servir de matière première pour fabriquer des produits de l’industrie du luxe : chaussures, sacs… Pour redorer l’image de notre métier, en faire parler différemment, je pense que c’est une très belle opération, L'Industrie Magnifique."

L'oeuvre Portée aux nues en construction dans l'atelier des Tanneries Haas
L'oeuvre "Portée aux nues" en cours de réalisation /@Bénédicte Bach 

Jean-Christophe Muller et Bénédicte Bach évoquent leur collaboration à l'occasion de L'Industrie Magnifique. "Une des raisons de cette deuxième participation à L'Industrie Magnifique avec Bénédicte, c'est qu'elle a un vrai talent pour embarquer les gens avec elle. C’est une manageuse, ce n’est pas qu’une artiste.", précise Jean-Christophe Muller.

Bénédicte Bach nous explique ses intentions dans la création de l’oeuvre “Portées aux nues” : "on part d’une idée très poétique, une nébuleuse en cuir. Pour arriver au résultat, on transforme tout ça dans un véritable processus de production industrielle. Il a fallu 70 peaux pour réaliser l'oeuvre Portée aux nues, il a fallu les découper, les coudre, les riveter, mettre des œillets, les assembler, terminer les finitions sur les tranches des nuages… Pour réaliser tout ça, on a d’abord fait un travail de prototypage."

Après l'Industrie Magnifique, "Portée aux nues" sera exposée dans les locaux de Chanel dans l'immeuble 19M, Porte d’Aubervilliers.


Facebook Twitter Imprimer Envoyer par e-mail Commenter
0

Votre vie privée est importante pour nous
En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. En savoir plus et paramétrer les cookies.