Un nombre record d’étudiants pour cette rentrée à Strasbourg

Publié le 08/09/2021 à 15:49

Facebook Twitter Imprimer Envoyer par e-mail Commenter
Un nombre record d’étudiants pour cette rentrée à Strasbourg L'Université de Strasbourg va accueillir 60 000 étudiants cette année. /@Thomas Stenico-Top Music

Les étudiants strasbourgeois ont fait leur pré-rentrée le 1er septembre avant le début des cours le 6 septembre. Selon les estimations, ils seront près de 60 000 étudiants pour l’année 2020-2021, un chiffre record.

L’Université de Strasbourg va accueillir davantage d’étudiants que l’année dernière. Ils sont pour l’instant 40 000 à être inscrits soit une hausse de 6 000 étudiants en un an. Les étudiants étrangers sont aussi nombreux. Ils sont 6 300, soit 1 700 de plus que l’année dernière. Une forte attractivité liée à "la bonne réputation de l’université de Strasbourg mais aussi à la vie étudiante dans la ville", selon Michel Deneken, président de l’Université Strasbourg. Malgré cette hausse des effectifs, "les salles de cours pourront accueillir tout le monde", assure-t-il.

Promouvoir la vaccination

Après une année universitaire 2019-2020 difficile avec le confinement, les cours en distanciel et l’isolement social, les étudiants vont enfin pouvoir revenir dans les amphithéâtres. La rentrée est en 100% présentiel. Pas question pour autant négliger le protocole sanitaire. Le port du masque est obligatoire en intérieur. Cependant, il n’y a plus de contraintes de jauge dans la limite de la capacité d’accueil. Le pass sanitaire n’est pas obligatoire pour accéder aux cours, au restaurant et la bibliothèque universitaires.

Pour les étudiants internationaux, les procédures de santé sont différentes selon leur pays d’origine et leur situation vaccinale. Il est recommandé de se faire vacciner complètement avant l’arrivée en France. "L’Université fait aussi face à des étudiants vaccinés par des vaccins non reconnus en France comme le vaccin Spoutnik V ou les vaccins chinois", poursuit Michel Deneken. L’Université recommande donc à ces étudiants d’avoir une dose d'un vaccin reconnu. L’administration affirme que 90 % de ses étudiants sont déjà vaccinés.

Un centre de vaccination éphémère est ouvert du 6 au 17 septembre sur le campus de l’Esplanade. 100 à 200 vaccinations vont pouvoir être réalisées par jour de 10h à 17h. Pour le campus d’Illkirch, le centre UGECAM d’Illkirch adaptera son offre aux spécificités des étudiants (nocturne, dimanche matin) du 3 au 17 septembre. Des centres éphémères de tests COVID sont en place jusqu'au 17 septembre sur le Campus Esplanade et du 15 au 25 septembre sur le Campus d’Illkirch.

La précarité en progression chez les étudiants

La situation sanitaire a mis en lumière la précarité étudiante. Beaucoup d’étudiants font face à l’isolement social et rencontrent des difficultés financières pour subvenir à leurs besoins. L’Université et les associations étudiantes vont continuer à accompagner les étudiants les plus précaires cette année, comme l’explique Alexandre Meny, vice-président du pôle Vie Universitaire de l’Université de Strasbourg : "Ça se traduit par les aides sociales ponctuelles du CROUS. C’est une aide financière qui aide les étudiants les plus précaires qui ne rentrent pas dans le cadre de la bourse. On distribue aussi des chèques alimentaires. C’est dans des cas très spécifiques. Certains étudiants ont un état de santé difficile parfois dramatique lié à des problèmes financiers."

Des chèques psy sont aussi proposés aux étudiants. Ce sont 3 à 6 séances gratuites auprès d’un psychologue dans le Bas-Rhin.

Une importante réforme des études de médecine.

Le PACES va laisser sa place au PASS. À la suite du Plan Santé 2022, les études de santé changent. Pour éviter le trop-plein d’étudiants et limiter les échecs aux examens de fin d’année, le numerus clausus devient un numerus apertus. Les universités détermineront combien d’étudiants peuvent entrer en seconde année afin de garantir un stage à chacun. L’Université de Strasbourg a perçu une dotation exceptionnelle de 800 000 € pour mettre en place cette réforme.