Zéro séparation entre le bébé prématuré et ses parents : le modèle suédois

"Zéro séparation entre le bébé prématuré et ses parents : le modèle suédois"

Télécharger

12 juillet 2022

Anne-Sophie Martin

"Zéro séparation entre le bébé prématuré et ses parents : le modèle suédois"

Interview du Pr Pierre Kuhn

"On note une hausse de 15 % des naissances prématurées, ces 15 dernières années en France.",  indique Pr Pierre Kuhn, l'invité de notre podcast, professeur en pédiatrie, chef du service de néonatalogie aux Hôpitaux universitaires de Strasbourg.

Son service de néonatalogie au CHU de Hautepierre est en cours d’obtention de la certification Nidcap. Il s’agit d’un programme pour assurer un développement optimal au nouveau-né. S’il est validé en 2023, ce serait le onzième centre hospitalier certifié Nidcap dans le monde.

Est-ce qu’on voit encore le bébé comme on le voyait il y a 20 ans ? Est-ce que dans le même temps, on a amélioré le bien-être des bébés ? Est-ce que certains protocoles dans les maternités ont changé pour le bien-être des nourrissons ?

Pourquoi y-a-t-il une hausse de la mortalité infantile chez les enfants de moins d’un enfant en France ? Est-ce vrai que la santé de l’adulte dépend largement de ce qui se sera passé dans les 1 000 premiers jours ? Le professeur Kuhn répond à toutes nos questions.

Dans son service de néonatologie, les soins sont centrés sur le bébé prématuré et sa famille, "les parents sont les premiers soignants"

Sur la prise en charge des prématurés, Pr Kuhn déclare :  “Plus un bébé naît tôt, plus il naît avec un poids de naissance petit, plus il y a de risque. On n’est pas à la recherche de performances. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) considère un bébé viable à partir de 22 semaines de grossesse et d’un poids de 500 grammes. A Strasbourg, comme dans beaucoup de centres en France, on accepte la prise en charge de bébé à partir de 23 semaines avec un poids minimum aux alentours de 500 grammes.

Il y a besoin de concilier des soins médicaux d’une haute technicité à des soins les plus humains possibles où la place des parents est déterminante pour procurer un environnement soutenant  au bébé et apporter des stimulations positives pour son développement.”, précise Pr Kuhn. Il revient sur la nécessité du "peau à peau". “Le peau à peau a beaucoup de bénéfices médicaux pour le bébé. Il a moins besoin d’oxygène, une plus grande stabilité, un meilleur sommeil, il régule mieux sa température. Des bénéfices qui sont prouvés aussi bien pour les bébés à terme que pour les bébés prématurés.” 

Pr Kuhn détaille également les bénéfices de l'allaitement : “pour les bébés prématurés, il y aussi des bénéfices plus marqués sur le développement neurologique : les bébés qui sont allaités plusieurs mois après le retour à la maison, ont un meilleur développement intellectuel. Le lait de maman est un réel médicament. Et les équipes à Strasbourg mais aussi partout en France et dans le monde essaient de soutenir l’allaitement en cas de naissance prématurée mais aussi en cas de naissance à terme.

Pr Kuhn nous explique également la nécessité de soigner les bébés prématurés prochainement à domicile. Une expérimentation sera menée dès cette année avec le CHU de Strasbourg.