Covid-19 : L'OMS émet l'hypothèse d'un "accident de laboratoire" à l'origine de la pandémie

13 août 2021 à 12h11 par Rédaction

TOP MUSIC
Comment a démarré cette pandémie ? Une question qui reste pour l'heure sans réponse officielle. / @U

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a publié un rapport ce vendredi 13 août demandant à tous les pays et notamment la Chine de publier "toutes les données sur le virus".  Une demande qui vise à clarifier les origines de la Covid-19 et qui a été rejetée par la Chine.

Jeudi 13 août, la chaîne de télévision danoise TV 2 a diffusé un documentaire sur les origines du virus avec comme invité Peter Embarek. Pour le chef de la délégation de scientifiques internationaux envoyés en Chine par l’OMS, la fuite du virus d’un laboratoire de Wuhan fait partie des hypothèses probables. "Un employé [d'un laboratoire] infecté sur le terrain en prélevant des échantillons relève de l'une des hypothèses probables", a-t-il déclaré à la télévision danoise. Peter Embarek a aussi affirmé qu’aucune chauve-souris ne vivaient à l’état sauvage dans la région de Wuhan. Selon lui, les seules personnes susceptibles d’avoir approché des chauves-souris sont des employés de laboratoire.

Cependant, la documentation chinoise autour du virus n’étant pas publiée, il est difficile de confirmer cette hypothèse. Des problèmes qu’ont déjà rencontrés le groupe de scientifiques internationaux envoyés à Wuhan au début de l’épidémie lorsqu’ils ont visité deux laboratoires de recherche sur les chauves-souris. "Nous avons eu droit à une présentation, puis nous avons pu parler et poser les questions que nous voulions poser, mais nous n'avons pas eu l'occasion de consulter la moindre documentation", affirme Peter Embarek.

Un blocus des données de la part de la Chine

Malgré ce constat et la demande faite par l’OMS, la Chine refuse toute nouvelle enquête sur son territoire. L’organisation a insisté sur le fait que ces données sont "d’une importance vitale" pour comprendre les origines de la pandémie et qu’elles ne devaient "en aucun cas être un enjeu politique". Une volonté que partage le gouvernement chinois mais qui refuse l'arrivée de nouveaux scientifiques sur son territoire invitant plutôt à une approche "scientifique" et non "politique".