A quoi servent les feuilles mortes à Strasbourg ?

Publié le 04/12/2018 à 10:00 - Mise à jour le 04/12/2018 à 11:05

Facebook Twitter Imprimer Envoyer par e-mail Commenter
A quoi servent les feuilles mortes à Strasbourg ? Ces feuilles seront ramassées pour en faire du compost pour la Ville de Strasbourg / @Top Music

Environ 200 tonnes de feuilles tombent des arbres chaque année à Strasbourg. Où vont ces feuilles ? A quoi servent-elles ?

On ne les remarque pas vraiment, elles font simplement partie du paysage trois voire quatre mois dans l'année. Pourtant ces feuilles qui tombent à l'automne ont bien une deuxième vie, elles sont même très utiles aux espaces verts. 

L'or brun

Une fois ramassées, les feuilles et les branches de la ville de Strasbourg sont emmenées vers deux endroits : au centre de compostage VALTERRA Matières Organiques pour la majorité d'entre elles et à l'Orangerie pour celles qui viennent de Strasbourg Nord (Robertsau, Quartier des XV, Orangerie). Dans les deux cas, ces feuilles sont transformées en compost : les premières sont ensuite commercialisées et vendues à des particuliers, alors que celles de l'Orangerie restent la propriété de la Ville et sont ensuite réintégrées à la végétation strasbourgeoise. Grâce à ces feuilles, pas besoin d'acheter d'engrais pour la Ville de Strasbourg, c'est un cycle qui permet de faire des économies.

Le compost fabriqué à partir des feuilles et des branches récoltées dans le nord de Strasbourg, à l'Orangerie / @Top Music

Impact sur les espaces verts et réchauffement climatique 

Vous l'avez peut-être déjà remarqué, dans certains endroits les feuilles ne sont pas ramassées - pourquoi ? Selon Pascal Burel, technicien des espaces verts à la Ville de Strasbourg, "cela dépend si c'est une forêt, un chemin ou même une pelouse, le ramassage se fait en fonction du lieu". Par exemple, il est important de ramasser les feuilles sur la pelouse pour qu'elles ne soient pas étouffées. En revanche, un endroit forestier doit garder son "tapis" de feuilles pour protéger son sol et servir d'engrais.

En plus du lieu, l'enjeu de ces prochaines années en matière d'espaces verts sera également de réadapter les espaces et les pratiques en fonction du climat  : "Si je pousse l'exemple à l'extrême, on peut se demander quel est l'intérêt de mettre de la pelouse dans un désert !", conclut Pascal Burel.

 


Facebook Twitter Imprimer Envoyer par e-mail Commenter
0

Votre vie privée est importante pour nous
En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. En savoir plus et paramétrer les cookies.