Des habitants de l'Eurométropole mesurent eux-mêmes la qualité de l'air

14 mai 2019 à 14h56 par Rédaction

TOP MUSIC
Le microcapteur AirBeam2 a été prêté aux citoyens pour mesurer la qualité de l'air de l'Eurométropol

21 habitants de l'Eurométropole de Strasbourg se sont portés volontaires pour participer au projet Atmo-VISION. Ils effectuent des mesures de l'air qu'ils respirent au quotidien grâce à un microcapteur de particules. 

Ces volontaires sont équipés de AirBeam2, des microcapteurs qui mesurent des particules de différentes tailles, des PM10 aux PM1. Ils ont été sélectionnés en fonction de leur lieu de domicile et de leur mode de déplacement. L'objectif est de les sensibiliser en rendant la pollution atmosphérique "visible". L'expérience a débuté le 8 avril et s'étendra jusqu'au 27 mai.

Cette expérimentation se réitera encore plus largement sur le territoire du Rhin supérieur : probablement début 2020 dans la ville de Bâle et éventuellement à Karlsruhe en Allemagne. 

Annie, l'une des 21 volontaires nous parle de son expérience : 

L'impact des cuissons dans la cuisine et le fait de fumer du tabac ou de vapoter ont l'air assez importants au niveau de l'émission des particules dans la vie quotidienne. Ce qui m'a également gênée c'est que les pistes cyclables ne sont pas indemnes de la pollution, même si elles ne sont pas directement sur les routes. 

Les principaux points noirs de pollution se trouvent près des axes routiers et dans les quartiers résidentiels à cause du chauffage au bois.

D'autres mesures de qualité de l'air ont également été menées dans l'Eurométropole de Strasbourg : cinq rames de tram de la ligne A et D de l'Eurométropole de Strasbourg ont été équipées de microcapteurs. Les stations Kehl Haffen et Neudorf Kurvau ont également fait part de ce projet. Cette expérience avait duré un peu plus d'un mois, du 1er mars au 10 avril.