Soigner par le sport au Centre Ellipse à Strasbourg

6 février 2020 à 7h00 par Anne-Sophie Martin

TOP MUSIC
Salle d'activité physique adaptée du centre Ellipse à Strasbourg / @Ellipse

Le nouveau Centre médical Ellipse à Strasbourg propose des séances d'activité physique adaptée, encadrées par des médecins. Il s'adresse à des patients atteints de maladies chroniques, cardiaques ou de  maladies neurologiques, comme la sclérose en plaque ou maladie de Parkinson. Le centre propose également une innovation pour traiter la douleur : des séances de stimulation magnétique transcrânienne.

L'un des cofondateurs du centre Ellipse, le cardiologue Cyril Cohen nous explique dans quelle mesure le sport est vital pour soigner certaines pathologies

Concernant la prise en charge des infarctus du myocarde, historiquement quelqu’un qui faisait un infarctus se voyait contraint de rester au lit pendant 30 jours. Depuis plus d’une quinzaine d’années, c’est le contraire ! On doit mettre le plus précocement possible un patient sur un vélo, le réentraîner à l’effort. Cela a permis une réduction de la mortalité de 30 % et une diminution des récidives de 50 %.

Le sport est absolument vital, ne pas faire de sport, ce serait donc très risqué ?

Exactement, l’un des fléaux de notre siècle, c’est la sédentarité. Le meilleur traitement, c’est l’activité physique.

Y a-t-il d’autres pathologies où le sport est vraiment vital ?

Il y a aussi les accidents vasculaires cérébraux, l’insuffisance cardiaque, tout ce qui tourne autour des maladies cardiaques mais pas uniquement.

Le neurologue Aurélien Benoilid, co-fondateur du centre Ellipse ajoute :

Dans la plupart des maladies chroniques, on se rend compte que l’activité physique apporte un bénéfice qui ne peut pas forcément être apporté par d’autres médicaments, notamment dans la plupart des maladies neurologiques ou neurodégénératives, comme la maladie de Parkinson et la sclérose en plaques. (..) Aussi pour  la maladie d’Alzheimer, on sait que l’activité physique apporte un gain, que ce soit en terme de qualité de vie, ou en terme de survenue d’événements indésirables. Quelle que soit l’activité, quelle que soit la maladie qui accompagne le patient tout au long de sa vie, on sait que le compagnon de route indispensable, c’est l’activité physique !

Dans les grandes recommandations pour les patients qui ont une sclérose en plaque ou qui ont la maladie de Parkinson, on sait qu’on va pouvoir diminuer l’usage des médicaments, grâce à l'activité physique et ça c’est très important. 

Le neurologue Aurélien Benoilid et le cardiologue Cyril Cohen, cofondateurs du centre Ellipse / @Top Music

Docteur Cohen, comment se déroulent ces séances sportives ? 

Le plus souvent en cardiologie, on associe entraînement à l’effort avec un renforcement musculaire et un travail en endurance. Toutes ces séances sont pilotées sous la supervision d’un enseignant en activité physique adaptée à la santé et les protocoles sont également sous la supervision de cardiologues et de médecins spécialisés dans ce domaine.

Cela commence avec les choses les plus classiques : le tapis de course ou le vélo. L’activité physique, on peut aussi en faire avec un élastique, quelques haltères, ou à la maison avec un tapis de sol. L’idée étant sur le long terme de pérenniser les acquis. On passe un contrat avec le patient, pour que d’emblée le patient fasse ses devoirs entre chaque séance pour qu'à terme en fin de programme, le patient se soit approprié cette activité physique.

L’idée c’est d’autonomiser le patient, en l’ayant rendu acteur de sa prise en charge avec également l’éducation thérapeutique, ce sont des ateliers vraiment ciblés que nous proposons, pour lui apprendre ce qu’est sa maladie, comment lutter contre, comment adapter ses traitements. 

Il y a des réflexes à adopter, comme ne pas dépasser un certain seuil d’effort ?

Ce sont des choses que l’on va apprendre au quotidien de manière individualisée à chaque patient en fonction de ses possibilités, en fonction de ses souhaits, de ses objectifs.

 

Le centre Ellipse propose également une innovation thérapeutique : la stimulation magnétique transcrânienne pour traiter la douleur, précise le neurologue Aurélien Benoilid :

La stimulation magnétique, qu’est-ce que c’est ? On utilise une espèce d’électro-aimant qui va induire un champ magnétique qui va permettre de stimuler électriquement certaines régions du cortex cérébral du patient. Or on le sait depuis très longtemps, la stimulation électrique répétée de certaines régions du cortex soulage certaines douleurs chroniques.   

Il y a un certain nombre d’années, on était obligé d’intervenir neurochirurgicalement, on devait placer des électrodes de stimulation au niveau du cerveau et ça marchait bien, mais c’était quand même assez difficile à mettre en œuvre.

Heureusement grâce aux progrès de l’innovation, maintenant ça peut se faire assis sur un fauteuil de manière indolore sans risque infectieux, c'est  très bien tolérer et ça apporte un bénéfice à ses patients qui je le rappelle sont souvent des patients qui sont totalement désœuvrés, c’est-à-dire qu’ils ont un parcours médical extrêmement long, extrêmement chaotique avec beaucoup de souffrances et des répercussions sociales, familiales, professionnelles. On a tendance à dire aujourd’hui en 2020 qu'on peut traiter la douleur et bien malheureusement, il ne faut pas avoir peur de le dire, ce n’est pas le cas ! Il y a énormément de patients qui souffrent et il faut tordre le cou à cette idée : la douleur, on ne sait pas toujours la prendre en charge !

Le fauteuil pour la stimulation magnétique transcrânienne / @Top Music

 

Le centre Ellipse est situé au 19 rue du Fossé des Treize à Strasbourg / @Top Music