Relocalisation de la production de tests sérologiques du Covid-19 chez Biosynex à Illkirch

5 juin 2020 à 19h23 par Rédaction

TOP MUSIC
Biosynex prévoit la création de 100 postes à Illkirch. /@Top Music

Depuis le 21 mai, les tests sérologiques de dépistage du Covid-19 produits par Biosynex sont homologués par le Centre national de référence des virus respiratoires. Suite à cette homologation, Biosynex a décidé de relocaliser une partie de sa production à Illkirch. 

La crise du Covid-19 profite aux emplois bas-rhinois. Pour faire face à une demande très importante, la société Biosynex va assembler une partie de ses tests de dépistage sur son site d'Illkirch. Le fabricant de tests prévoit la création de 100 postes dont des emplois d’insertion socio-professionnelle aidés par l’État et réservés aux demandeurs d’emploi les plus éloignés du marché du travail. Les embauches ont déjà débutées. 

2300 tests produits en une heure

Ces tests de dépistage du coronavirus ont été homologués par les autorités de santé depuis le 21 mai. Si beaucoup de débats ont eu lieu autour de la fiabilité des tests sérologiques, le PDG de Biosynex, Larry Abensur, l'assure : 

Ces tests sont tout à fait fiables, le débat qui se pose est de savoir quand on peut les utiliser !

Ils permettent de déterminer si on a été en contact avec le Covid-19 et ils sont un complément des tests virologiques par écouvillon nasal (longs cotons-tiges utilisés lors des prélèvements pour le dépistage du virus) qui permettent, eux, de déterminer la circulation active du virus. 

Actuellement, le rythme de production est de 2 300 tests fabriqués chaque heure à Illkirch. L'objectif à terme est d'intensifier davantage la production avec l'arrivée prochaine d'un automate. 

La crise du coronavirus aura ainsi permis à Biosynex d’accélérer drastiquement sa croissance. En 2020, son chiffre d’affaires pourrait dépasser les 100 millions d'euros, contre 35 millions d'euros en 2019.

Bonne nouvelle pour le territoire

En visite sur le site, la préfète du Bas-Rhin Josiane Chevalier a affirmé que cette implantation est une excellente nouvelle, à la fois pour les emplois et l'innovation française. "Nous sommes dans un département qui a été très touché par ce virus, cette entreprise va faire du bien à la recherche en Alsace."