Pourquoi les agriculteurs irriguent-ils tant leurs cultures ?

8 juillet 2020 à 16h28 par Céline Rinckel

TOP MUSIC
Bruno Barthelmebs dans l'un de ses champs à Herbsheim. / @Top Music

L’irrigation est un sujet sensible en Alsace : les agriculteurs ont besoin d’irriguer leurs champs mais le grand public ne comprend pas les campagnes d’irrigation. A Herbsheim, nous avons rencontré Bruno Barthelmebs, exploitant agricole, qui nous explique l’irrigation sur ses parcelles.

En Alsace, 21% des exploitants agricoles irriguent leurs champs, toutes cultures confondues (maïs, blé, tabac, fruits et légumes, etc.), principalement le long du Rhin. L’irrigation en Alsace représente 3,5% des prélèvements totaux d’eau (90% pris sur la nappe phréatique et 10% sur les rivières). Le maïs représente 89% des cultures irriguées dans notre région.

Sur l’irrigation, je tiens vraiment à préciser que ça a un coût économique sur chaque exploitation, donc c’est fait de manière raisonnée adaptée à la plante. Il n’y a rien de plus terrible pour un exploitant agricole que de voir dépérir sa plante. / Julien Koegler, président de la commission communication à la Chambre d’agriculture d’Alsace

Toutes les plantes ont besoin d’eau

A Herbsheim, dans l’exploitation agricole de Bruno Barthelmebs, l’irrigation est arrivée dès les années 1980. Sur ses 180 hectares actuels, 90% des parcelles sont irrigables mais seulement 75% sont irriguées en moyenne (maïs, blé et betterave). Tous les sols ont une réserve en eau, mais cela dépend du type de sol : des sondes permettent de connaître l’humidité du sol. Les agriculteurs bénéficient aussi de l’aide de la pluie puis ils doivent irriguer pour équilibrer le déficit hydrolique. Bruno Barthelmebs gère actuellement son irrigation grâce à quatre enrouleurs (comme 80% de ses collègues bas-rhinois) et une rampe d’irrigation (un type de matériel encore en développement). L’irrigation représente en moyenne une charge pour l’agriculteur de 400€ par hectare et par an (y compris une redevance versée à l’Agence de l’eau).

En Alsace, 59 000 hectares sont irrigués.  / @Top Music

La journée d’un irrigant 

En plein été, la journée débute à 5h30 pour Bruno Barthelmebs et ne se finit pas avant 22h : les tuyaux doivent être déroulés, les pompes ravitaillées en gasoil, le matériel révisé, etc. De mémoire, 2011 a été la dernière année où Bruno Barthelmebs n’a pas eu besoin de sortir ses enrouleurs du hangar…mais 2020 semble déjà être une année où l'eau va manquer.

L'enrouleur est le matériel le plus utilisé pour l'irrigation. / @Top Music