Vallée de la Bruche : prévention sur le radon, un gaz nocif pour la santé

14 avril 2021 à 19h30 par Rédaction

TOP MUSIC
Vue sur Schirmeck. La vallée de la Bruche est concernée par le plan de prévention sur le radon. /@Wi

L'ARS lance une campagne de prévention sur le radon dans la vallée de la Bruche. Ce gaz radioactif, présent dans l'habitat, peut entraîner des cancers du poumon. ATMO Grand Est et l'Agence Régionale de Santé s'associent pour sensibiliser les habitants des "zones à potentiel radon élevé" aux risques et aux moyens de limiter leur exposition. Dans le Grand Est, 318 communes sont considérées à "potentiel radon moyen à élevé", soit près de 463 500 habitants concernés.

La Communauté de Communes de la Vallée de la Bruche, de Schirmeck à Saâles, et la Collectivité Européenne d’Alsace s'associent à cette démarche de prévention. Depuis début février, 100 ambassadeurs des 26 communes de la collectivité se sont vus remettre un kit de deux dosimètres permettant la mesure du radon dans l'habitation. L'objectif étant de mesurer la concentration du gaz dans deux pièces de vie différentes (salon, salle à manger, chambre ou bureau) pendant au moins deux mois sur la période d'octobre à avril. Des résultats sont attendus au printemps et s'en suivra une deuxième campagne cet automne.

Les risques pour la santé

L'ARS prévient : si l'humain est exposé à des concentrations de radon trop importantes et sur une longue période, "le gaz peut favoriser le développement de cancers broncho-pulmonaires". En France, il serait responsable de 5 à 12 % des cancers du poumon, avec un risque aggravé pour les fumeurs, soit près de 3000 décès par an.

Qu'est-ce que le radon ? 

Le radon est un gaz radioactif d'origine naturelle. Il est présent partout à des concentrations variables selon les régions et la nature du sous-sol. C'est l'état du sous-sol, son humidité et les conditions météorologiques qui vont influer sur la capacité du radon à se diffuser depuis son lieu d'origine. En remontant à la surface, il peut s'accumuler dans les habitations en passant par les parties les plus basses comme le sous-sol ou la cave.

Des solutions pour s'en débarrasser

Pour s'en débarrasser, il n'existe pas de solution miracle. Il est conseillé d'aérer pour renouveler l'air intérieur de l'habitat. Autre recommandation : renforcer l'étanchéité du bâtiment. L'ARS recommande également "une mise en surpression de l'espace habité ou une mise en dépression des parties basses du bâtiment".  

Prévention contre le radon. /@Ministère des Solidarités et de la Santé