Violences conjugales : que faire ?

30 novembre 2019 à 11h45 par Sebastien Ruffet

TOP MUSIC
Une larme ne doit jamais être le signe d'une souffrance / @Unsplash - Louiscesar

Le Grenelle des violences conjugales s'est tenu dans le Bas-Rhin entre le 17 septembre et le 7 novembre. La Préfecture a rendu public ses conclusions ce vendredi 29 novembre. 

560 personnes ont pris part aux quelque 23 ateliers organisés dans le cadre de ce Grenelle des violences conjugales. Qu'il s'agisse des territoires ruraux ou urbains, des milieux professionnels, sportifs ou sociaux, toute la société a été analysée, car ces violences n'épargnent personne. Dans le compte rendu, voici notamment ce que l'on pouvait lire sur des actions à mettre en place immédiatement.

En sus de ces recommandations, les acteurs du département se sont engagés à mettre d'ores et déjà en œuvre différentes actions locales, dont, notamment :

  • Au sein des permanences, les professionnels, intervenants sociaux ou juristes, s'engagent à prendre systématiquement un second rendez-vous avec la victime pour faire le suivi de la situation.

  • Les services d’urgence du département font un travail commun pour améliorer le repérage et la prise en charge des victimes de violences.

  • Un article rédigé par la procureure de la République de Strasbourg expliquant la notion de vulnérabilité de la victime, qui permet à un professionnel de se délivrer du secret professionnel pour signaler des violences, a été publié dans le bulletin départemental de l’ordre des médecins du Bas-Rhin.

  • Les agents d’accueil des mairies, des caisses d’allocations familiales, de la sécurité sociale, des bailleurs sociaux, etc. seront formés au repérage des violences.

  • Le répertoire départemental des dispositifs d’accompagnement des femmes victimes de violences réalisé par les services de l’État sera diffusé largement aux professionnels.

  • Une affiche d’information sur le 3919 sera rédigée en plusieurs langues et diffusée largement.

  • Des formations à l’attention des acteurs du sport et de l’éducation populaire seront intégrées au plan régional de formation décliné par les services de l’État.

  • Le pilotage de la lutte contre les violences conjugales sera assuré au niveau départemental. Des instances opérationnelles locales seront installées dans chaque arrondissement afin d’assurer le suivi des situations au plus près des victimes.

Quant aux victimes, il est vraiment temps de briser le silence. Seule la parole permettra de faire cesser les violences et de pouvoir, ensuite, se reconstruire.