Covid 19 : les indicateurs dans le vert dans le Grand Est

19 mai 2020 à 22h59 par Anne-Sophie Martin

TOP MUSIC
233 malades du Covid-19 en réanimation dans le Grand Est. / @Pexels

Le Grand Est est toujours classé en rouge. La carte épidémique du Covid-19 reste figée depuis le 7 mai, elle sera réévaluée le 2 juin. Mais la situation s'améliore nettement dans les hôpitaux du Grand Est avec 233 personnes en réanimation. "Si les indicateurs de la carte épidémique étaient repris aujourd'hui, on serait dans le vert", a précisé la directrice de l'ARS Grand Est, Marie-Ange Desailly-Chanson.

Une semaine après le déconfinement, au 18 mai, la proportion des passages aux urgences pour suspicion de Covid-19 était inférieure à 6% (risque limité) dans tous les départements de la région Grand Est.
2 800 personnes sont hospitalisées pour Covid-19 dans le Grand Est, soit 6 de moins que la veille.
233 personnes sont en réanimation, soit une de moins que la veille.
Depuis le début de l’épidémie, 9793 personnes sont sorties d’hospitalisation, leur état de santé ayant été considéré comme rassurant.

5050 décès dans le Grand Est                                                                                                       

Le nombre total de décès de patients déclarés par les établissements sanitaires du Grand Est s’élève à 3 291 soit + 19 par rapport à la veille. 1 759 résidents sont décédés dans des établissements médicalisés pour personnes âgées.

Campagne massive de dépistage du Covid-19 avec une capacité de 20 519 tests par jour dans le Grand Est                                                                                                                       

Depuis le 11 mai, toutes les personnes présentant des symptômes évocateurs du Covid-19 peuvent être testées. 
L'objectif est que ces personnes contactent d’abord leur médecin traitant pour une évaluation médicale de leur état de santé et se faire prescrire un test RT-PCR, si leur médecin confirme la suspicion de Covid-19 (parmi lesquels : fièvre, toux, fatigue inhabituelle, maux de tête, courbatures, maux de gorge, perte de goût ou d’odorat).                                                      

Ces tests permettront d’identifier rapidement les personnes malades et leurs contacts. Ils
pourront se faire dans tout type de laboratoire, public ou privé. 59 laboratoires sont mobilisés dont 29 privés. 

Pour les EHPAD : 16 905 tests parmi les résidents et 11 861 tests parmi le personnel.

Pour les établissements prenant en charge les personnes en situation de handicap : 867 tests parmi les résidents et 1 045 tests parmi le personnel.

Si une personne est testée positive, un travail d’identification est engagé et tous ceux qui auront eu un contact rapproché avec elle, seront testés et invités à s’isoler si ils sont positifs.
Le dispositif de « contact tracing », à savoir de détection des cas contacts, a un rôle majeur dans la lutte contre la propagation du virus sur notre territoire.

8 clusters dans le Grand Est

Il a été précisé que huit clusters, nouveaux foyers épidémiques ont été identifiés dans le Grand Est dont deux dans le Bas-Rhin dans des Ehpad. En Moselle, un cluster a été détecté à  la gendarmerie de Sarreguemines où huit militaires ont été testés positifs au Covid-19.

Un cluster est un épisode de cas groupés défini par la survenue d’au moins 3 cas confirmés ou probables, dans une période de 7 jours, appartenant à la même communauté ou ayant participé à un même rassemblement de personnes, qu’elles se connaissent ou non.

Point de situation sur les masques 

Depuis le 6 mars, ce sont environ 40,4 millions de masques chirurgicaux et 4,1 millions de masques FFP2 qui ont été distribués dans le Grand Est :
- Pour les établissements de santé, les structures médico-sociales : 26,4 millions de masques chirurgicaux et 2,3 millions de masques FFP2
- Pour les professionnels de ville : 13,9 millions masques chirurgicaux et 1,8 million de masques FFP2.
Depuis la sortie du confinement, les quantités allouées chaque semaine aux différents acteurs ont
augmenté avec la hausse des dotations issues du stock d’Etat, et avec la réouverture des cabinets de ville, l’ensemble des professionnels libéraux peuvent désormais se doter en masques dans une
officine.