Cellule Nouvel-An à Strasbourg : 113 interpellations

21 juillet 2020 à 12h42 par Rédaction

TOP MUSIC
La Cellule Nouvel-An a interpellé 113 individus suite aux violences de la Saint-Sylvestre. /@Top Mus

La nuit du 31 décembre 2019 avait été particulièrement violente à Strasbourg. Pour identifier et interpeller les auteurs, une "Cellule Nouvel-An" avait été mise en place. Voici le bilan communiqué par la police après sept mois d'enquête. 

Incendies de véhicules, dégradations de mobiliers urbains et de bâtiments publics, tirs de mortiers sur les forces de l'ordre : la nuit de la Saint-Sylvestre avait été particulièrement intense pour la police. L'épisode de violence a atteint son plus haut niveau lors d'une embuscade tendue à un véhicule de sapeurs-pompiers dans le quartier de Cronenbourg

La "Cellule Nouvel-An" 

Le 13 janvier dernier, la Direction Départementale de la Sécurité Publique du Bas-Rhin (DDSP67) avait créé un groupe d'enquête dédiée à ces violences urbaines : la Cellule Nouvel-An. Cette cellule, composée d'enquêteurs de la Sûreté départementale et d'effectifs de voie publique, en lien avec les renseignements territoriaux, chargés de la veille sur internet, vient d'être dissoute. Selon la police, "les faits majeurs ont été élucidés". 

Une majorité de mineurs 

Du 13 janvier au 6 juillet 2020, la Cellule Nouvel-An de la Sûreté départementale a identifié et interpellé 73 individus responsables de violences urbaines dans la nuit du Nouvel-An. Au total, 113 personnes ont été interpellées, dont 66 mineurs, en ajoutant les 40 personnes prises en flagrant délit dans la nuit du Nouvel-An. 

60% des individus interpellés étaient des mineurs, dont un sur deux qui était déjà connu des services de police. 

La réponse pénale du Parquet 

La justice a voulu une "réponse forte et dissuasive" selon le communiqué. Une cinquantaine d'individus ont fait l'objet de poursuites judiciaires, dont cinq comparutions immédiates et 30 mises en examen (majeurs et mineurs confondus). 


Autre article à lire : l'interview du commandant Sébastien Rossi du SDIS 67 après les violences subies lors de la Saint-Sylvestre, publiée le 16 janvier 2020