"Logique de redistribution et de modération" : Jeanne Barseghian baisse son indemnité de 1200€

27 juillet 2020 à 15h45 par Anne-Sophie Martin

TOP MUSIC
Après déduction, son indemnité de maire sera de 4800 euros brut, soit près de 3800 net./@Top Music

La maire écologiste de Strasbourg Jeanne Barseghian a décidé de diminuer son indemnité de 1200 € brut, par volonté de  sobriété  et dans un souci de redistribution, pour rééquilibrer l’écart avec les conseillers municipaux.

Cet après-midi en conseil municipal, Jeanne Barseghian a fait voter une baisse de son indemnité de 1200 euros ainsi que celle de son premier adjoint Syamak Agha Babaei. La somme économisée sera reversée à tous les élus de la majorité. "C'est une logique de modération et de redistribution, nous avons partagé davantage les responsabilités et les indemnités" précise Jeanne Barseghian. Après déduction, son indemnité de maire sera de 4800 euros brut, soit près de 3800 net. Mais Jeanne Barseghian touchera davantage puisqu'elle cumule sa fonction de maire avec celle de vice-présidente de l’Eurométropole.

Vers une baisse des indemnités également à l'Eurométropole

Jeanne Barseghian nous a précisé qu'elle prévoyait également une baisse de son indemnité à la vice-présidence de l'Eurométropole. "C'est en cours de discussion avec Pia Imbs pour aboutir à une baisse d'indemnité à la présidence et à la vice-présidence pour une redistribution aux élus eurométropolitains, la délibération sera adoptée fin août."

Plus de transparence sur les cumuls de responsabilités avec les sociétés d'économie mixte (SEM)

Par ailleurs, en tant que maire, Jeanne Barseghian pourrait être candidate à la présidence de sociétés d'économie mixte (SEM), comme la CTS ou Parcus, il s'agit de fonctions particulièrement rémunératrices. Nous avons demandé à Jeanne Barseghian si elle prévoyait de prendre la présidence d'une SEM, elle nous répond :

Il y a en effet un vrai travail à faire sur les rémunérations des présidences des sociétés d’économie mixte. C’est un travail qui est mené actuellement et qui sera proposé en toute transparence aux conseils municipaux et métropolitains de fin août. Je pense qu’il faut aller vers un principe de transparence car ce sont des rémunérations qui ne sont pas toujours connues. Il est important d’aller vers la limitation des cumuls de responsabilités. Je parle davantage de partage des responsabilités pour mieux répartir à la fois la charge de travail, le pouvoir et les indemnités. Il faut éviter que tout soit concentré toujours sur les mêmes quelques élus, comme ça a pu être le cas auparavant. 

Logique de modération : des écarts de salaire qui ne se justifient pas 

Jeanne Barseghian a rappelé que son mot d'ordre était la sobriété.

Je pense que cette notion d’indemnité est très relative. Moi, je sais ce que c’est de vivre avec un SMIC. Je pense que pour des personnes qui vivent et travaillent au SMIC, le montant de 3 800 euros net peut paraître beaucoup, pour d’autres personnes qui vont avoir un salaire beaucoup plus conséquent, ça va paraître peu au regard des responsabilités qui sont exercées.

Encore une fois, je ne dis pas que les élus ne doivent pas être indemnisés, ils doivent l’être car c’est du temps qui est passé au service de l’action publique, donc ça paraît normal que ce soit indemnisé. Après, les montants sont très relatifs. Moi, je me bats d’une manière générale pour dans mon projet pour lutter contre les inégalités qui se creusent. Je pense que la question de fond, ce sont les écarts de salaire qui peuvent exister dans notre société alors que parfois, ça ne se justifie pas. 

D’une manière générale, il y aura un principe de sobriété mais sans démagogie, c’est le principe de la lutte contre le gaspillage, de même qu’il faut éviter de gaspiller l’énergie, on aura une logique de modération et de sobriété pour tout ce qui est des frais de représentation des élus. Ça me paraît normal que la collectivité et les élus tâchent de tendre le plus possible vers l’exemplarité. 

Réécoutez en intégralité l'interview avec Jeanne Barseghian