Déborah, créatrice de robes de mariée à Hilsenheim

25 mai 2018 à 8h00 par Céline Rinckel

TOP MUSIC
Déborah dans son atelier à Hilsenheim (Photo : Top Music).

L’été, c’est la pleine saison des mariages. Mesdames, vous serez forcément les plus belles. Mais si vous n’avez pas trouvé la robe de mariée de vos rêves dans une boutique, voilà une alternative : Déborah est couturière et créatrice de robes de mariée.

Installé depuis janvier à Hilsenheim, l’atelier de Déborah est cosy, avec un brin de hygge, cet art de vivre à la danoise. La jeune femme de 30 ans accueille ainsi les futures mariées pour préparer le jour J. « Elles sont ici plus détendues, même si une mariée est stressée par nature ! » Déborah est pleine de bons conseils, en déco, en accessoires, en organisation, mais Déborah est avant tout couturière. Titulaire d’un BEP et d’un Brevet de Technicien « Vêtement Création sur mesure », elle a travaillé dans un magasin de robes de mariée avant de créer son entreprise il y a huit ans.

Du sur-mesure

Déborah fait de la création de A à Z, du patron à la fabrication et aux retouches. En boutique, le délai pour une robe de mariée est d’environ 6 mois, chez Déborah il est conseillé de venir 4-5 mois en avance, mais des robes « de dernière minute » sont aussi possibles. « Hier (23 mai) j’ai reçu une cliente qui se marie fin juin ». Finalement les futures mariées doivent juste venir avec leurs idées et leurs chaussures ! Déborah s’occupe de la robe et aussi des accessoires : collier, boucles d’oreilles, couronnes de fleurs, accessoires de tête, voile, chapeau… En 2017, Déborah a créé une vingtaine de robes de mariés. Le budget moyen est identique à celui d’une boutique, environ 1 000 €.

Très sobre, très fluide

Mais quelles sont les tendances des robes de mariées 2018/2019 ?

2018 on est dans le très fluide, toujours le bohème, très fluide avec des dentelles, dentelles de Calais, dentelles Chantilly, très fines. On s’approche plus de la simplicité pour les années à venir. Des modèles vraiment très très simples au niveau des coupes. Des matières très lisses. Et je pense de moins en moins de dentelles dans les deux années à venir.

Pourquoi pas des petits accessoires. Peut-être pas trop de voile. Je mise sur les fleurs toujours et surtout les accessoires un peu graphiques. Du géométrique, des choses comme ça. Peut-être un petit peu plus sévère mais pas pour autant moins classe. Des petits triangles, des petits carrés, des ronds. Des pierres semi-précieuses. Des matières un peu brutes.

Galerie Image

TOP MUSIC
TOP MUSIC
TOP MUSIC
TOP MUSIC
TOP MUSIC
TOP MUSIC
TOP MUSIC
TOP MUSIC