Allemagne : dérogation de 24 heures pour faire ses courses ou pour ses loisirs

16 octobre 2020 à 13h04 par Rédaction

TOP MUSIC
La Région Grand Est assure que les frontières ne se refermeront pas. /@wikipedia

L’Allemagne a décidé ce jeudi à 17h d'intégrer la Région Grand Est dans la liste des zones à risque. La Région Grand Est assure que les frontières ne se refermeront pas, il n'y aura pas de contrôles systématiques. Les Alsaciens pourront circuler librement en Allemagne pendant 24 heures maximum.

Mise à jour le 16/10 à 18h

Europa-Park se réjouit de pouvoir accueillir les frontaliers français

Voici le communiqué d'Europa-Park : "Les 3 Länder frontaliers de la France, le Bade-Wurtemberg, la Sarre et la Rhénanie-Palatinat, ont décidé d’appliquer la règle dite des 24h le long de leurs frontières. Celle-ci permet aux citoyens des deux côtés de la frontière de se déplacer sans aucune restriction dans la zone frontalière si leur visite n’excède pas 24h. L’obligation d’attestation de test COVID négatif ou de quarantaine ne s’applique donc pas aux visiteurs journaliers frontaliers. Ces derniers peuvent passer librement une journée à Europa-Park ou à Rulantica. Des nuitées sont également possibles si la durée du séjour n’excède pas 24h.

La famille Mack, propriétaire d’Europa-Park, se réjouit de cette décision. Cette entente marque un signe fort de coopération transfrontalière et envoie un symbole puissant en ce qui concerne les relations franco-allemandes. Roland Mack, propriétaire d’Europa-Park, s’est toujours engagé et impliqué pour la coopération entre les deux pays. Réticent aux restrictions de circulation transfrontalière, il salue la décision des 3 Länder. Toute la famille Mack est ravie de pouvoir accueillir les frontaliers français, notamment à l’occasion des vacances de la Toussaint."

Mise à jour le 16/10 à 11h

La Sarre, le Bade-Wurtemberg, la Rhénanie-Palatinat  annoncent qu'ils vont donner des dérogations aux Alsaciens et Mosellans qui souhaitent faire leurs courses dans le Land. Il faudra faire l'aller-retour dans la journée et il n'y aura pas besoin de présenter de test Covid négatif. Le Bade-Wurtemberg et la Rhénanie-Palatinat pourraient aussi opter pour cette formule dans les prochains jours.


Article du 15/10

La région Grand Est vient de publier ce communiqué de presse : 

"Le 17 octobre à minuit, le Gouvernement fédéral allemand classera la Région Grand Est comme « zone à risque », compte-tenu de l’évolution du taux d’incidence de la Covid-19 dans la Région Grand Est.

Avec un taux d’incidence de 92 cas pour 100 000 habitants dans la Région Grand Est durant la semaine du 4 au 10 octobre, la Région Grand Est sera désormais également classée comme zone à risque, à l’instar des autres régions françaises.

Cette décision a été concertée entre les autorités fédérales allemandes, les Länder frontaliers, les autorités françaises, la Région Grand Est et les Départements frontaliers, dans l’objectif d’établir des mesures adéquates, responsables et qui répondent aux enjeux d’un bassin de vie frontalier dans lequel les citoyens alsaciens et mosellans évoluent quotidiennement. (...)

Cette concertation a permis d’arriver à une décision de non réintroduction de contrôles systématiques à la frontière, considérant que la réintroduction de contrôles systématiques aux frontières a clairement montré ses limites lors de la première vague Covid-19 en mars 2020 et a grandement handicapé le bassin de vie franco-allemand.

Aujourd’hui, les Länder frontaliers poursuivent le travail d’harmonisation des dispositions en vigueur, sur leurs territoires respectifs, en ce qui concerne les exemptions à l’obligation de produire un test PCR négatif pour pouvoir continuer à se rendre en Allemagne sans obligation de quarantaine.

Dans ce contexte, les autorités des Länder frontaliers se sont engagées à partager une information transparente sur leurs sites institutionnels de référence permettant d’expliquer quelles catégories de personnes originaires du Grand Est peuvent désormais se rendre dans les Länder frontaliers pour une durée de 24h ou supérieure à 24h, qu’ils soient travailleurs frontaliers ou se rendent en Allemagne pour des raisons professionnelles, médicales, ou toute autre raison (scolarité, études, garde d’enfants…)."