Les passages à niveau en France : 20 morts en 2019

21 novembre 2020 à 11h15 par Sebastien Ruffet

TOP MUSIC
Un visuel choc. / @SNCF Réseau Grand Est

La SNCF lance un mois de sensibilisation auprès du grand public. L'objectif : rappeler les consignes de sécurité à l'approche d'un passage à niveau. 

Qui n'a jamais pesté face à une barrière qui s'abaisse pile au moment où on arrive... ? Pester, c'est autorisé, c'est même très français. En revanche, tenter de franchir la barrière à ce moment, c'est interdit*, et ça relève même de l'insensée prise de risque. C'est ce que cherche à rappeler la SNCF avec cette campagne de sensibilisation jusqu'au 13 décembre. 

Une collision entre une voiture et un train, c'est la mort assurée une fois sur deux. Et dans 98% des accidents, c'est le comportement de l'automobiliste qui est en cause ! Les pannes ou autres dysfonctionnements sont en effet très rare. 

Le message envoyé est très simple à comprendre : quand le feu rouge est allumé, et / ou que les barrières commencent à descendre, on s'arrête. Que l'on soit piéton, cycliste, motard ou automobiliste. On estime qu'une centaine de collisions ont lieu chaque année en France, entraînant la mort de 15 à 20 personnes. 

Dans le Grand Est, il y a 2000 passages à niveau, dont 13 font l'objet d'un projet de sécurisation. Quatre d'entre eux concernent l'Alsace parce qu'ils concentrent une forte densité de circulation ou qu'ils ont été le théâtre de plusieurs accidents ces dernières années. Ils sont situés sur les axes Strasbourg - St-Dié (passage n°15), Colmar - Metzeral (n°7) et Lutterbach - Kruth (deux sur ce seul axe, n°22 et 38). 

* S'engager sur un passage à niveau quand les barrières se baissent ou se lèvent, c'est entre 90 et 750€ d'amende et 4 points de moins sur le permis.