Un Strasbourgeois interpellé après avoir diffusé ses excès de vitesse sur Snapchat

15 décembre 2020 à 14h15 par Anne-Sophie Martin

TOP MUSIC
Un Strasbourgeois de 23 ans filmait ses excès de vitesse et les diffusait sur Snapchat/ @Pexels

La police a identifié l’auteur de vidéos qui se mettait en scène à l'occasion de rodéos urbains. Entre le 27 août et le 6 septembre dernier, un jeune « influenceur » strasbourgeois de 23 ans a posté sur Snapchat, quatre vidéos où il roule à très vive allure, à bord d’une Mercedes AMG et d’une Volkswagen Golf R.

Les vidéos, accessibles à tous, sont rapidement devenues virales sur plusieurs réseaux sociaux, l’influenceur étant suivi par plus de 130 000 internautes.
Les enquêteurs du commissariat de secteur de Strasbourg-Koenigshoffen ont été chargés de l’enquête.

Selon la police nationale, "les vidéos ont été soumises à l’expertise du laboratoire de la Police technique et scientifique. L’expertise confirme  les vitesses indiquées par les compteurs visibles sur les enregistrements vidéos à savoir :

125 km/h relevés - 120 km/h retenus - Limitation : 50 km/h
175 km/h relevés - 157 km/h retenus - Limitation : 90 km/h
96 km/h relevés - 91 km/h retenus - Limitation : 30 km/h
176 km/h relevés - 158 km/h retenus - Limitation : 90 km/h"

La personne mise en cause a été invitée à se présenter au commissariat. Il a reconnu devant les enquêteurs être l’auteur de ces vidéos. Il n’a aucunement contesté la réalité des infractions relevées à son encontre.

Le contrevenant est convoqué devant le tribunal de Police le 11 février 2021 pour y répondre de six infractions :
Quatre pour excès de vitesse de plus de 50 km/h, une infraction 5ème classe punie de 1500€ d’amende maximum (3750€ si récidive) et le retrait de 6 points.
Deux pour usage du téléphone au volant, une infraction de 4ème classe punie d’une amende de 135€ et d'un retrait de 3 points.

La Direction départementale de la Sécurité Publique du Bas-Rhin rappelle que ce genre de diffusion peut influencer d’autres automobilistes à prendre des risques et ainsi compromettre gravement la sécurité des usagers de la route. La responsabilité des diffuseurs peut être imputée en cas d’accident grave.

C'est la première fois que la Police Nationale a recours à l’expertise du laboratoire de la police technique et scientifique pour élucider un tel fait.