Premier jour de vaccination anti-Covid-19 à Strasbourg : seulement 9 personnes vaccinées

4 janvier 2021 à 12h37 par Rédaction

TOP MUSIC
Seulement neuf personnes vaccinées aujourd'hui à la clinique de la Toussaint /@crédit Frédéric Maigr

Dès ce lundi 4 janvier, la campagne de vaccination contre la Covid-19 a démarré à Strasbourg. Désignée par l'ARS, la clinique de la Toussaint est l'un des premiers établissements pilotes des vaccinations en Alsace. Jean Rottner fustige l'extrême lenteur de la campagne de vaccination. Le maire de Colmar propose de mettre à disposition le Parc des expositions pour accélérer la campagne de vaccination.

Article mis à jour le 5 janvier. 

La vaccination des personnes âgées de 75 ans et plus qui ne sont pas hébergées en Ehpad, sera autorisée avant la fin du mois de janvier, a annoncé ce mardi le ministre de la Santé, Olivier Véran.

"Nous allons élargir aux pompiers et aux aides à domicile qui sont âgés de 50 ans et plus parce que ce sont des professionnels qui sont au contact de personnes fragiles et qui peuvent être amenés à travailler auprès de malades", a précisé Olivier Véran.

Olivier Véran annonce la possibilité d'"une inscription" pour les Français qui "souhaitent se faire vacciner". Le ministre de la Santé a promis que "le rythme de croisière de la vaccination allait rejoindre celui de nos voisins dans les prochains jours". 


Article du 4 janvier. Le service de soins de suite gériatrique de la clinique de la Toussaint est opérationnel pour la vaccination anti-Covid. Seulement neuf personnes (huit patients et un personnel de santé) ont bénéficié aujourd'hui d'une injection du vaccin PFIZER/BIONTECH. Le service est composé de 27 lits dont une unité de 12 lits qui a été spécialement équipée pour la prise en charge des patients atteints de Covid-19. 

Écoutez l'interview de Frédéric Leyret, directeur du groupe hospitalier Saint Vincent au micro d'Anne-Sophie Martin.

Extraits de l'interview de Frédéric Leyret

"Nous étions prêts pour le 29 décembre, on commence aujourd'hui, il y a eu un décalage. Il semblerait que les vaccins ne soient pas arrivés en Alsace avant ce week-end, il y a eu un retard de livraison. Sinon les vaccins, pour nous, ont été acheminés à l'heure exacte où on les attendait aujourd'hui. C'était prévu qu'ils arrivent entre 11 heures et 13 heures. Ils sont arrivés autour de midi, de sorte qu'ils puissent être décongelés et qu'on puisse les administrer à 15 heures (...) "

"Il y a cinq sites pilotes dans le Bas-Rhin, deux au CHU de Strasbourg, un à Saverne, un à Haguenau, et nous-mêmes, qui commençons aujourd'hui pour roder les procédures de vaccination. Ce sont cinq sites qui ont l'habitude de traiter les patients Covid. Nous sommes un service sanitaire, c'est un service de 27 lits et il y a 23 patients. Les patients restent en moyenne trois semaines, nous, on va vacciner toutes les semaines 5 à 6 personnes car il y a une rotation des entrées et des sorties (...)."

"Aujourd'hui il y a un seul soignant vacciné dans notre service de soins de suite gériatrique mais dès demain nous avons une première séance pour les médecins libéraux et d'ici la fin de semaine il y aura d'autres médecins qui seront vaccinés. 

" Le chiffre de neuf patients, il ne faut pas le prendre de façon brute, c'est la structure du service qui fait qu'on a seulement 23 patients. Cela va s'enchaîner très vite dans les Ehpad. La campagne de vaccination va démarrer dans les Ehpad du groupe Saint Vincent dès la semaine prochaine. Chaque jour gagné se sera autant de vies sauvées. On a intérêt à aller très vite (...)" 

Il y a seulement eu quelques centaines de vaccins administrés en une semaine en France tandis qu'en Allemagne déjà plus de 200.000 personnes ont été vaccinées.

Jean Rottner dénonce un scandale d'État

"Je considère qu'aujourd’hui on est face à un scandale d'État. On poursuit une politique qui a fait les preuves de son échec dans le passé : les masques, les tests, aujourd'hui la vaccination", a déclaré ce matin, le Président de la région Grand Est, Jean Rottner, sur France 2. Il a ajouté : "Quelque part on se moque de nous. Se faire vacciner cela devient plus compliqué que d'acheter une voiture. Il faut des jours de rétractations, des accords oraux, écrits, c'est extrêmement compliqué."

Pour accélérer la campagne de vaccination, le maire de Colmar met à disposition le Parc des Expositions

Le maire de Colmar et président de Colmar Agglomération, Éric Straumann, a adressé un courrier à l'intention d'Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé. "Vacciner la population française pour lutter contre la COVID-19 est un défi logistique que l'État ne pourra pas assumer seul. Il semblerait que les appels d'offres pour le transport des doses de vaccin ne sortiront que d'ici 8 jours. Le bureau santé de Bercy commence à s'inquiéter du gaspillage des doses en raison de ce bug logistique et de l'incapacité des seuls médecins généralistes à vacciner massivement", précise Éric Straumann dans son courrier. 

Il propose de mettre à disposition le Parc des expositions de la ville pour la campagne de vaccination. Eric Straumann ajoute : "Nous devons réussir au mieux cette campagne de vaccination pour sortir de cette crise sanitaire".

 

Yves Hemedinger réagit suite à sa visite du centre de vaccination de Fribourg

Le député de la 1ère circonscription du Haut-Rhin, Yves Hemedinger, pointe du doigt la lenteur de la campagne de vaccination de la France suite à sa visite dans le centre de vaccination de Fribourg en Allemagne : "Je me suis rendu ce matin dans le centre de vaccination de Fribourg. Ce que j'ai vu me conforte hélas dans l'idée que nous sommes en France face à un scandale d'Etat. Après l'échec sur le masque, voilà l'échec sur la vaccination. En deux heures à Fribourg, ce sont autant de personnes qui ont été vaccinées que dans toute la France en une semaine ! Cela démontre une fois encore l'incurie de notre administration française, sclérosée par la bureaucratie. Notre organisation de santé reposant sur les ARS, véritables Ministères de la Santé au sein du Ministère de la Santé, ne fonctionne pas. Je demande au Gouvernement un sursaut rapide. Il en va de la santé des personnes les plus fragiles, et notamment de celle des personnes âgées."

Cette après-midi, le président de la République, Emmanuel Macron a réuni Jean Castex et le ministre de la Santé, Olivier Véran, au sujet de la campagne de vaccination. 

"Nous voulons de la vaccination de proximité", plutôt que dans "des grands stades", a déclaré ce soir Olivier Véran. Le ministre de la Santé promet une montée en puissance des vaccinations dans les prochains jours.

Un bilan quotidien de la campagne de vaccination

Le directeur général de l'Assurance maladie, Thomas Fatome, a indiqué ce lundi que les autorités sanitaires feront désormais un bilan quotidien de la campagne de vaccination contre le Covid-19. Un premier bilan sera apporté dès demain.