Le travail non rémunéré, une alternative à la prison : une première à Illkirch

30 juin 2021 à 20h23 par Rédaction

TOP MUSIC
Thibaud Philipps, maire d'Illkirch ; Yolande Renzi, procureure de la République et Jean-François Fog

C'est une première en Alsace. Illkirch-Graffenstaden est la première commune du ressort du tribunal judiciaire de Strasbourg à mettre en œuvre le Travail Non Rémunéré (TNR). Trois personnes en TNR seront suivies sous la responsabilité d'un tuteur au sein des services techniques de la mairie d'Illkirch, dès le mois de septembre.

Yolande Renzi, procureure de la République de Strasbourg, vous explique plus en détails ce qu'est le "TNR" : "Le travail non rémunéré est une sanction qui est susceptible d'être proposée à l'auteur d'une infraction puni d'une peine inférieure à cinq ans d'emprisonnement (vol, outrage, rébellion). On est sur des infractions de moindre gravité. Cette peine peut être proposée dans le cadre d'une alternative aux poursuites. (...) Il peut y avoir plusieurs alternatives à l'emprisonnement : une amende, le retrait du permis, effectuer un stage et aussi le travail non rémunéré. (...) Si le condamné dit non, il va devant le tribunal. Il a la possibilité d'accepter ou non, contrairement à la peine du travail d'intérêt général. (...) C'est une manière de restaurer le lien social."

Écoutez Yolande Renzi, procureure de la République de Strasbourg, au micro de Léo Doré :

Pour Thibaud Philipps, maire d'Illkirch-Graffenstaden, sa commune est prête : "J'aime quand Illkirch est à la pointe : encore une fois on est les premiers. Il y a beaucoup de possibilités dans notre commune. Les choses sont très bien balisées. (...) C'était un engagement fort de la commune de dire que celui qui casse ou qui dégrade, répare. C'est important de montrer à nos concitoyens que des mesures concrètes existent."

Trois postes à Illkirch

À Illkirch, trois postes attendent les premiers travailleurs non rémunérés. La mairie tient à ce qu'ils fournissent le même travail que leurs collègues fonctionnaires. Le maire Thibaud Philipps nous détaille le dispositif : "Trois agents se sont portés volontaires pour accueillir les travailleurs non rémunérés. (...) On est sur des services espaces verts ou manifestations, des services techniques sur le terrain quotidiennement. (...) On a travaillé avec la procureure pour être sur des contrats de 35h, pour que les prévenus soient une semaine complète avec nos agents".

Illkirch-Graffenstaden et le Tribunal de Strasbourg ont signé le protocole de fonctionnement du travail non rémunéré. /@ Top Music - LD

Les agents ont d'ailleurs été formés et auront une mission précise : "Le tuteur a été formé par le service pénitentiaire avec un formulaire de suivi. Tout y sera consigné. Ensuite, il y aura un échange entre le service pénitentiaire et le tuteur. Ce qui est bien, c'est qu'il y a un vrai suivi, un vrai accompagnement". Thibaud Philipps se projette : "L'idée, à terme, est de trouver d'autres agents volontaires pour amplifier les choses."

Écoutez Thibaud Philipps, maire d'Illkirch-Graffenstaden, au micro de Léo Doré :

Vers une extension à d'autres communes ?

D'autres communes alsaciennes ont été contactées pour proposer du travail non rémunéré : "Thibaud Philipps n'a pas été le seul maire sollicité. J'espère que ça donnera envie à d'autres mairies. Une douzaine de villes sont en pourparlers. J'ai choisi des communes avec lesquelles j'avais envie de créer un lien. L'idée était de sortir de Strasbourg", affirme la procureure de la République de Strasbourg Yolande Renzi.