Un tram aux couleurs des USA : interview de la Consule générale des Etats-Unis à Strasbourg

2 juillet 2021 à 16h23 par Anne-Sophie Martin

TOP MUSIC
La Consule générale des Etats-Unis à Strasbourg, Darragh Paradiso/ @Top Music

Un tramway relooké aux couleurs des Etats-Unis circule pendant un mois, jusqu'au 31 juillet dans les rues de Strasbourg pour célébrer les 25 ans des Etats-Unis au Conseil de l’Europe. Un concert surprise de l’armée américaine est également prévu ce samedi 3 juillet, la veille de la fête nationale américaine.

Écoutez l'interview de la Consule générale des Etats-Unis à Strasbourg, Darragh Paradiso, au micro d'Anne-Sophie Martin.

Un tramway relooké aux couleurs des Etats-Unis circule depuis ce jeudi 1er juillet dans les rues de Strasbourg, est-ce une manière symbolique de communiquer à Strasbourg au sein de la capitale de l'Europe ?

Darragh Paradiso, Consule générale des Etats-Unis à Strasbourg :  oui, bien sûr, le tram est un remerciement visuel à la ville de Strasbourg et au Conseil de l'Europe. C'est aussi une invitation pour tous les Strasbourgeois et Strasbourgeoises à fêter cet anniversaire avec nous.

Les premières photos du tram aux couleurs de l'Europe et des Etats-Unis. /@ Photo CTS

C'est pour fêter les 25 ans de l'engagement des Etats-Unis au sein du Conseil de l'Europe. En quoi est-ce important de célébrer ces 25 ans ?

Le Conseil de l'Europe est une institution extrêmement importante, qui fixe les normes et les lois pour protéger les droits de l'homme et la démocratie. Nous sommes très fiers de faire partie de cette institution. Nous voulons faire savoir aux gens que nous sommes présents au sein du Conseil de l'Europe.

Y aura-t-il d'autres événements festifs prochainement organisés à Strasbourg pour fêter les 25 ans de la présence des Etats-Unis au sein du Conseil de l'Europe ?

Oui, nous avons une petite surprise pour la ville de Strasbourg. Ce sera fêté la veille de l'Indépendance Day, le 3 juillet, ce samedi dans le centre-ville de Strasbourg. C'est une petite surprise mais le public peut en savoir plus sur nos réseaux sociaux.

La présidence de Joe Biden apporte-t-elle des changements dans vos relations avec le Conseil de l'Europe ?

Ce sont plutôt des opportunités que des changements. La question des droits de l'homme et la démocratie a toujours été au cœur de notre politique étrangère aux Etats-Unis. Avec le président Joe Biden et la vice-présidente Kamala Harris, ils mettent l'accent sur la justice sociale, les droits humains, la corporation et le multilatéralisme. C'est très important d'être au Conseil de l'Europe.

La présidence de Biden change également vos missions ici à Strasbourg, au sein du Consulat général des Etats-Unis ?

Normalement, ça change peu. Mais c'est une bonne opportunité avec le président Biden parce qu'il met l'accent sur la justice sociale. Après les événements de 2020, avec le Covid, le mouvement de Black Lives Matter par exemple, beaucoup d'Américains ont commencé à réfléchir sur les droits de l'homme dans notre propre pays. Nous avons compris que c'est très important de travailler et de coopérer avec nos partenaires et nos amis européens qui partagent nos valeurs.

La France a envoyé vers les Etats-Unis une nouvelle statue de la liberté qui sera exposée à New-York pour la fête nationale américaine, le 4 juillet, puis à Washington pour notre fête nationale du 14 juillet. C'est la preuve que les choses ont évolué, c'est aussi un geste fort pour célébrer l'amitié franco-américaine ?

L'amitié franco-américaine n'a pas changé, elle est toujours très forte. La statue de la liberté est le symbole de l'amitié franco-américaine. C'est très important, pour les Américains, de reconnaître que le créateur Bartholdi est né à Colmar. C'est un lien très fort avec l'Alsace.

La Statue de la Liberté, un lien très fort entre les Etats-Unis et l'Alsace. Ici représentée sur un tramway strasbourgeois. /@ Photo CTS

Je sais que vous avez visité il y a quelques jours le musée Bartholdi de Colmar. La visite a-t-elle été instructive ?

C'était une visite très émouvante et enrichissante pour moi. J'ai appris beaucoup de choses.

La communauté des ressortissants américains à Strasbourg est-elle nombreuse et active à Strasbourg.

Oui, il y a au moins 5000 ressortissants américains dans le Grand Est, sans compter les étudiants et les touristes. C'est une communauté très active qui fait des échanges scolaires, commerciaux... C'est une  population très importante.

Quelles sont les missions du Consulat général des Etats-Unis ici à Strasbourg ?

Nos missions principales sont de protéger les citoyens américains, de promouvoir les intérêts, développer les liens économiques avec le Grand Est, faciliter les connexions humaines et sociales entre les deux pays.

A quoi ressemble votre journée type en tant que Consule générale des Etats-Unis ?

Chaque jour est un peu différent. Parfois, je suis au Conseil de l'Europe. Aussi, je me rends dans des événements publics pour expliquer la culture américaine.Je suis également en visite dans des entreprises américaines où je discute beaucoup avec les Alsaciens. C'est très important de sortir de mon bureau et d'apprendre à connaître les gens en Alsace.

Quelles sont les entreprises américaines présentes en Alsace avec lesquelles vous entretenez des relations étroites ?

Il y a 500 entreprises américaines dans le Grand Est. Certaines sont très connues comme Mars, Wrigley, Steelcase. Cette semaine, c'était très intéressant, j'ai eu l'opportunité d'aller à Mars-Wrigley à Haguenau, c'est la deuxième plus grande usine de M&M’s dans le monde.

Mars vient d'annoncer un gros investissement de plus de 18 millions d'euros sur son site de Haguenau. Vous étiez donc présente lors de l'annonce de cet investissement ? C'est important que vous soyez là pour défendre les intérêts économiques des Etats-Unis ?

Oui et féliciter l'entreprise américaine et aussi l'agglomération de Haguenau. C'est un bon investissement pour l'économie. C'est aussi un investissement très délicieux.

Est-ce que le consulat intervient aussi pour favoriser les échanges franco-américains auprès des jeunes ?

Oui, il y a au moins sept associations dans le Grand Est qui favorisent les relations entre les Etats-Unis et le Grand Est. Nous collaborons dans beaucoup de domaines : économie, théâtre, culture, histoire... Il y a beaucoup de choses que nous pouvons faire ensemble.

Vous-même quand vous étiez jeune, vous avez fait des échanges avec la France ?

Pas du tout avec la France, mais j'ai été étudiante en échange à Mannheim en Allemagne.

Pour vous c'est important, c'est une opportunité pour les jeunes, pour leur carrière, d'aller à l'étranger ?

Oui, les échanges pour les étudiants, c'est vraiment très important, ça change la vie. C'est vraiment une bonne méthode pour ouvrir l'esprit et avoir une expérience avec les autres et d'améliorer la compréhension mutuelle.

Vous parlez très bien français. J'ai lu que vous parliez aussi très bien l'allemand et le chinois. Dans votre carrière diplomatique, vous êtes passée avant à Hong-Kong, Pékin, au Gabon, en Ethiopie et maintenant à Strasbourg.

Oui, j'étais partout en Asie et en Afrique. Je suis très contente d'être maintenant ici à Strasbourg.

Vous avez pris votre poste de Consule générale depuis le mois de septembre, qu'appréciez-vous particulièrement à Strasbourg et en Alsace ?

Les gens sont très agréables. Pour moi, c'est très bien parce que ça me rappelle ma ville de naissance, avec beaucoup de vélos, les pistes cyclables, la météo est presque la même. Je fais mes trajets chaque jour à vélo, même avec la pluie. J'aime aussi la nature. Il y a beaucoup d'endroits pour faire de la randonnée. Bien sûr, j'aime aussi la gastronomie.

Vous m'avez dit que ça vous rappelle votre ville de naissance, quelle est cette ville ?

Ma ville de naissance est Portland, dans l'Oregon, dans le nord-ouest des Etats-Unis.

Avec Portland, il y a un petit air de famille avec Strasbourg ?

Oui, avec la météo et le sens écologique.

Qu'est-ce que vous aimez particulièrement dans la gastronomie alsacienne ?

Oh... Il y a beaucoup de choses. Les kouglofs salés, les bretzels, tous les desserts, ou vos légumes comme les asperges.

Quel est votre secret pour si bien parler français ?

C'est une langue très difficile. Le plus important est de parler même quand c'est difficile. Oui. Le plus important, pour moi, en tant que diplomate, c'est de connaître les gens. Pour les connaître, on doit parler.