Un veau mutilé à Strasbourg : interpellation pour acte de cruauté envers un animal

27 août 2021 à 17h10 par Anne-Sophie Martin

TOP MUSIC
Le mardi 24 août, peu après 18 heures, la police avait reçu plusieurs appels au "17" faisant état de

Un individu, auteur d'actes de cruauté envers un animal a été interpellé. Il a décapité un veau. Le mardi 24 août, peu après 18 heures, la police avait reçu plusieurs appels au "17" évoquant les hurlements d'un animal, entendus depuis l'extérieur d'un garage situé rue Michel-Ange à Strasbourg.

Sur place, dans le quartier de l'Elsau, les policiers constatent la présence d'un veau agonisant, partiellement décapité, les quatre membres sectionnés. Un individu était en train de dépecer la bête.
Au regard des nombreuses mutilations, les policiers ne pouvaient qu'assister impuissants à la mort de l'animal.

Plusieurs couteaux et outils d'affûtage ont été découverts. Le local ne répondait pas aux normes exigées pour l'abattage d'un animal. Le sang de la bête se déversait dans le réseau de canalisations des eaux usées.

L'individu, un Strasbourgeois de 35 ans, a été immédiatement interpellé et entendu sous le régime de la garde à vue.
Les services vétérinaires de la Préfecture du Bas-Rhin, ont conclu à une mise à mort par égorgement alors que le bovin était encore vivant et conscient. Une plainte a été déposée par la Société Protectrice des Animaux.

La traçabilité de l’animal, grâce à son numéro d'identification, permet d’établir que l'animal n’avait pas été cédé conformément aux dispositions légales. Parallèlement, l’intéressé ne détenait aucune des qualifications requises pour l’abattage d’un animal.
L'individu répondra de ses actes devant la justice le 7 décembre prochain.

Ce que dit la loi :
Article 521-1 du code pénal : le fait, publiquement ou non, d'exercer des sévices graves, ou de nature sexuelle, ou de commettre un acte de cruauté envers un animal domestique, ou apprivoisé, ou tenu en captivité, est puni de deux ans d'emprisonnement et de 30 000 euros d'amende.