Aptis Hangenbieten : non au groupe Punch

19 octobre 2021 à 9h17 par Rédaction

TOP MUSIC
Alstom, propriétaire des bus électriques Aptis a décliné l'offre de reprise du groupe Pucnch (/@Fran

La direction d'Alstom, propriétaire du site Aptis à Hangenbieten, a opposé une fin de non recevoir à l'offre de reprise formulée par le groupe belge Punch. Une décision qui devrait satisfaire les 141 salariés de l'entreprise de bus électriques.

Depuis plusieurs semaines, syndicats et employés du site bas-rhinois d'Aptis se sont mobilisés pour s'opposer à l'offre de reprise du groupe Punch. Entre manifestations et sit-ins, les salariés avaient déclaré leur opposition à la possible vente de l'entreprise de bus électriques à la multinationale belge. Les travailleurs s'inquiétaient pour leur avenir et demeuraient sceptiques sur le projet de Punch de transformer l'usine en un site de production de bus à hydrogène. Un changement d'activité, qui selon eux, s'accompagnerait forcément d'une restructuration et d'un début d'activité qu'en 2024.

Le groupe belge Punch envisageait de passer des bus électriques à des bus à hydrogène sur le site d'Aptis à Hangenbieten (/@Cars Electric )

Alstom a entendu ses salariés

En mai dernier, Alstom, actuel propriétaire d'Aptis, a annoncé la fermeture de son usine du Bas-Rhin d'ici la fin de l'année faute "d'activité économique suffisante". Le mois dernier, l'intersyndicale se félicitait d'avoir réussi à décrocher un Plan de Sauvegarde de l'Emploi (PSE) jugé "satisfaisant pour la direction et les 141 employés". Un PSE largement validé par les travailleurs qui y voient un moyen de sortir la tête haute de cette période débouchant sur une perte de leur emploi. Ce lundi 18 octobre, Alstom , sans doute conforté par la pression des syndicats et salariés, a donc annoncé son refus concernant l'offre de reprise de Punch. "Les analyses et les différentes expertises n’ont pas permis de mettre en évidence suffisamment de garanties durables pour l’ensemble des salariés en termes de croissance, de projets industriels et sociaux" a fait savoir la direction. Une décision saluée par la CGT d'Aptis qui témoigne "d'un soulagement. Le PSE va pouvoir être déployé de manière sereine".

Depuis plusieurs semaines, les salariés d'Aptis se mobilisaient contre l'offre de reprise de Punch (/@CGT CTS)