La Cheneaudière : jamais à court d'idées à Colroy-la-Roche et à Colmar

29 octobre 2021 à 8h00 par Céline Rinckel

TOP MUSIC
En pleine nature, La Cheneaudière propose 40 chambres et bientôt 45. / @Top Music

Depuis son rachat de La Cheneaudière en 2007, Nicolas Decker a investi 20 millions d’euros dans l’établissement de luxe niché au coeur de la montagne alsacienne. Et les investissements ne s’arrêtent pas là : il y a un projet d’agrandissement du spa à Colroy-la-Roche et de création d’un nouvel hôtel à Colmar.

Un lieu qui fait rêver ! Qui ne serait pas tenté par une nuit dans cette maison familiale en pleine nature, Relais Château (depuis 1975), 5 étoiles (depuis 5 ans) avec 40 chambres aujourd’hui (45 l’année prochaine), un spa de 2 500 m2 et un restaurant gastronomique. La Cheneaudière est située en Alsace, à Colroy-la-Roche, à 500 mètres d’altitude. Un hôtel un peu isolé, mais ça tombe bien : "je ne veux pas être dans les standards", précise Nicolas Decker, le chef d’entreprise. L’établissement est ainsi toujours en travaux pour le bonheur de ses clients (à 70% des Français habitants à moins de deux heures de route) : un nouvel espace bar est créé, ainsi qu’un nouveau concept de restauration pour le day-spa. Entre 2019 et 2022, La Chenaudière a investi 7 millions d’euros.

Depuis que j’ai racheté l’établissement on est à 20 millions d’euros d’investissements (…) le monde du luxe c’est ça : c’est tout le temps investir.

Depuis le mois de juin, le nouveau concept de Villa permet d’avoir cinq suites conceptacles, jusqu’à 15 personnes. / @Top Music
Les travaux ont lieu pour réaliser un nouveau bar et espace buffet. / @Top Music

Du côté du spa (qui a eu plusieurs récompenses dont le Meilleur spa d’hôtel en Europe depuis son ouverture en 2014), en 2021, son taux d’occupation est de 90% (la jauge varie de 20 à 35 personnes en fonction des saisons). Un agrandissement du spa est ainsi prévu à moyen terme avec 400 à 800 m2 supplémentaires. Rappelons que l’offre spa en Alsace est unique en France avec huit spa labellisés dans "Spa in Alsace".

L’ensemble des travaux qu’on a réalisé depuis quelques années (parking, nouveau bar, nouveau buffet), c’est en prévision d’un agrandissement du spa, avec de nouvelles expériences, de nouveaux clients (…) au bout de ce projet il est effectivement un nouvel agrandissement du spa.

Un nouveau chef en cuisine

Côté cuisine, depuis quelques semaines, La Chenaudière a un nouveau chef : Jean-Paul Acker remplace Roger Bouhassoun qui partira bientôt à la retraite. Si Jean-Paul Acker a fait ses armes à La Cheneaudière après son apprentissage, il a ensuite travaillé trois ans dans le Sud de la France avant de revenir à Colroy-la-Roche. Il aime travaillé avec des petits producteurs et propose une toute nouvelle carte avec de la truite rose d’Alsace ou encore du paleron de boeuf d’Alsace.

    

Un poste de chargée du bien-être des salariés

En parallèle à son agrandissement, le patron de La Cheneaudière a souhaité créer un poste de chargée du bien-être des salariés. C’est Emilie Cigony, réceptionniste à l’hôtel depuis 15 ans, qui endosse cette nouvelle responsabilité, unique dans un établissement hôtelier de cette envergure. Son but est de rendre la vie des salariés plus simple, d’améliorer les procédures. Pendant la période de fermeture liée au Covid, Emilie a aussi proposé des formations aux codes du luxe aux salariés. En septembre dernier, ils étaient 119 à travailler à La Cheneaudière (contre 32 en 2007 lorsque Nicolas Decker a racheté l’établissement). Une cinquantaine de salariés est logée sur place, dans un immeuble spécialement construit pour eux. Mais comme tout le secteur d’activité de l’hôtellerie-restauration, La Chenaudière peine à recruter : "on est obligé de se rendre au maximum séduisant", explique Nicolas Decker, le propriétaire. Ainsi les salariés ont régulièrement droit à des massages et aussi de tester l’hôtel et le spa.

Nous on a plutôt plus de mal à trouver des salariés que de trouver des clients. On a vraiment travaillé la qualité de vie au travail (…) on loge plus de salariés que des clients (…) il faut être attractif vis-à-vis du personnel dans un secteur extrêmement concurrentiel et où la main d’oeuvre manque cruellement.

Une petite soeur à Colmar en 2025

Carnet rose : La Cheneaudière aura bientôt une petite soeur en ville, à Colmar. "Le projet avance, ça va vraiment se faire, il n’y a aucun doute", explique Nicolas Decker, qui est aussi propriétaire du nouvel hôtel colmarien dont le nom n’a pas encore été dévoilé. L’objectif est de déposer un permis de construire à l’été 2022 pour une ouverture en 2025 d’un hôtel-spa avec 25 chambres et un objectif de 5 étoiles. "On va casser tous les codes de l’hôtellerie en centre-ville" selon Nicolas Decker. Le projet est estimé à 15 millions d’euros sur ce terrain de 45 ares.

On a réalisé effectivement un rêve (…) en plein coeur de ville de Colmar (…) avec la possibilité de relier la ville en barque.

La localisation de la petite soeur de La Cheneaudière à Colmar. / @DR