ESSAHB, SAHB : et s'il n'en restait qu'un ?

20 septembre 2018 à 21h15 par Rédaction

TOP MUSIC
Une fusion ou une union ? / @Top Music

Ce vendredi soir, un derby se jouera entre les handballeurs strasbourgeois et les sélestadiens. L’occasion de se reposer la question d’une possible fusion.

Cette saison, sur les 14 clubs de Proligue, deux sont alsaciens : le SAHB (Sélestat Alsace Handball) et l’ESSAHB (Eurométropole Strasbourg Schiltigheim Alsace Handball). La saison prochaine, les contraintes budgétaires imposées par la LNH vont encore s'accroître, avec au moins 1M€ à trouver par club et par saison. Alors serait-il bon de fusionner les deux clubs alsaciens ? Nous avons posé la question à quelques protagonistes du handball alsacien.

Vincent Momper, président du SAHB : "Un projet d'union"

"Ce sujet est un vrai serpent de mer ! On en parlait déjà quand j’étais joueur dans les années 90 ! Aujourd’hui, le handball professionnel évolue vite et positivement. La concurrence en LIDL STARLIGUE est forte et les budgets ne cessent de s’accroître. Pour rivaliser et exister dans un championnat exigeant - certainement le meilleur au monde -, le SAHB a toujours pensé qu’il était indispensable de trouver des solutions pérennes qui ne s’appuient pas uniquement sur l’aide publiquePartant de ce constat et du principe que l’union fait la force, le rapprochement des clubs de Sélestat (SAHB) et de Strasbourg (ESSAHB) aurait du sens.

Un projet d’union (et non de fusion, chaque association conservant son autonomie et son indépendance) permettrait probablement de bâtir une équipe professionnelle capable de viser le plus haut niveau français, voire européen. L’équipe qui représenterait les 2 clubs, pourrait évoluer au CSi  à Sélestat et dans la future arena de la SIG à Strasbourg. Cette idée à toujours eu le soutien de la Ligue Nationale de Handball, de la Fédération Française de Handball, de la Ligue d’Alsace puis du Grand Est, du Comité du Bas-Rhin ainsi que de nombreux acteurs économiques de la région."

Eric Lonchampt, président de l'ESSAHB : "Une complémentarité évidente"

"C'est souhaitable, d'un point de vue sportif. La complémentarité est évidente, entre l'expérience de Sélestat et le potentiel de Strasbourg. On se connaît bien avec Vincent (Momper) et j'estime que ce serait une faute professionnelle de ne pas aller au bout d'un projet comme celui-ci, de ne pas tout tenter pour que ça puisse voir le jour. Après, c'est aussi une question d'hommes et de femmes... Quelques plans ont déjà été faits par mes précédesseurs, qui ont déjà mené une fusion entre la Robertsau et Schiltigheim. On sait que, comme dans l'entreprise, le plus gros mange le plus petit, donc l'enjeu, c'est aussi qu'on assure que Sélestat reste dans le paysage du handball français. Le projet sera viable si on préserve la partie associative. Il faut qu'à la fin 1+1, ça fasse plus que 2. Maintenant, si on veut vraiment le faire, il faut le faire vite. On joue dans la même division, c'est un facilitateur. Si on ne se penche pas tous très vite sur le projet, on aura toujours une bonne raison de le repousser à plus tard, et on ne le fera jamais." 

Brahim Ighirri, ancien coach du MHSA : "Ça pourrait le faire, ça devrait le faire"

"Au niveau sportif, ça pourrait le faire, ça devrait le faire ! Je pense que dans la durée ça serait une très bonne chose de pouvoir fusionner les deux clubs. Moi je pense que c’est souhaitable, pour nous handballeurs. Maintenant si Sélestat existe, c’est aussi parce que Strasbourg a été dissous. A l’origine c’était ça. Mais ce serait une très, très bonne chose qu’il y ait un très grand club à Strasbourg. Je pense surtout à l’aspect financier. L’Alsace mériterait un grand club en D1 et que ça dure. Sélestat, ils sont bien armés. Et je pense que la fusion des deux serait pas mal."


L'avis de la rédaction

L'Alsace a besoin d'un grand club. La région a toujours été une terre de handball et le prouve chaque année. Evidemment, les supporters vont tiquer dans un premier temps. Mais pour le bien du hand régional, il est urgent de se mettre autour d'une table : clubs, décideurs politiques, dirigeants sportifs, voire représentants du monde économique. La future Arena, qui va aussi chercher à se rentabiliser, pourrait accueillir un deuxième club résident avec la SIG. L'écrin serait parfait. Sélestat garderait quelques affiches. Les jeunes pourraient s'y aguerrir, même si le CREPS est à Strasbourg. Plus que jamais, les deux clubs sont prêts.

Et si on se disait qu'un joueur du futur SSH (Strasbourg-Sélestat Handball - simple proposition), formé au club, jouera les JO de 2024 ? 

 


2ème journée de Proligue : ESSAHB / SAHB, vendredi 21 septembre à 20h30 au gymnase Les Malteries à Schiltigheim.

http://www.lnh.fr/proligue/accueil