Les "Femmes de foot" du Racing mobilisées contre le cancer du sein

Publié le 02/10/2018 à 10:24 - Mise à jour le 02/10/2018 à 11:22

Facebook Twitter Imprimer Envoyer par e-mail Commenter
Les Un chèque de 11000€ a été remis au service de sénologie du CHU de Hautepierre / @TopMusic

Temps de lecture : 7 min

"Octobre Rose", partout en France, c'est un mois dédié à la lutte contre le cancer du sein qui va toucher une femme sur huit au cours de la vie. Une cause qui mobilise l'association "Femmes de Foot". 

Emanation sociétale du Racing Club de Strasbourg, "Femmes de foot" tente depuis sept ans de ramener les femmes dans les stades de foot, tout en menant des actions de proximité et de solidarité. "Le foot, c'est le reflet d'une société, note Sabryna Keller, la présidente de l'association. On a un devoir de solidarité, et on profite des matchs par exemple pour sensibiliser à des actions très précises, comme le cancer du sein." La maladie n'est pas que l'affaire des femmes. Parce qu'une femme touchée, c'est toute une famille qui est concernée. "Nos supporters sont sensibles à cela. On a un public formidable et engagé. Moi, je trouve ça intolérable qu'une maman qui a donné la vie et qui a donné le sein pour faire grandir son enfant puisse mourir d'un cancer du sein." 

Pour appuyer ses actions, Sabryna Keller n'a pas hésité à s'inviter dans le vestiaire des joueurs du Racing pour leur faire comprendre en quoi ils étaient importants. D'un point de vue médiatique, mais pas seulement : "Femmes de foot, c'est un garde-fou des valeurs du Racing. Mon mari (Marc Keller, ndr) a été joueur, il a des fans chez les 40-50 ans. Aujourd'hui, ce sont d'autres joueurs, qui ont d'autres fans. Les joueurs passeront, mais l'institution restera et il faut la garder avec de vraies valeurs." Parrain de l'association, le charismatique Kader Mangane, aujourd'hui coordinateur sportif, rappelle sobrement que "pour un enfant, un sourire ça vaut tout l'or du monde". Les joueurs sont prêts à suivre le mouvement.

Poursuivre le dépistage

Une excellente nouvelle pour Carole Mathelin, professeur en sénologie au CHU de Strasbourg, qui a rappelé au passage que l'Alsace a été pionnière dans le domaine : "C'est en Alsace qu'a été créée la première machine de dépistage... On a commencé le 15 mai 1989, alors que le dépistage a été lancé le 1er janvier 2004 dans le reste de la France. Le sport et la médecine, ce sont deux mondes qui se croisent, mais qui sont liés, puisque la prévention du cancer du sein passe par la pratique sportive.

L'occasion aussi de rappeler quelques éléments : si le dépistage généralisé s'arrête à 74 ans, 15% des femmes touchées par un cancer du sein le sont après 74 ans. "Ce n'est pas parce que le dépistage s'arrête que la maladie disparaît..." Une mammographie reste conseillée tous les deux ans.


Pour le lancement de l'opération, "Femmes de Foot" a lancé un macaron - créé par le pâtissier Christophe Felder - et disponible dans onze restaurants participants. Onze comme une équipe de foot, dont le capitaine n'est autre que Marc Haeberlin, de l'Auberge de l'Ill.

www.femmesdefoot.com


Prochaine opération, le challenge sportif et solidaire "Les filles de coeur", le 14 octobre. Pour vous inscrire, c'est par ici ! 


Facebook Twitter Imprimer Envoyer par e-mail Commenter
0

Votre vie privée est importante pour nous
En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. En savoir plus et paramétrer les cookies.