Un défi étudiant pour promouvoir le don du sang

14 janvier 2022 à 14h16 - Modifié : 14 janvier 2022 à 14h23 par Carole Campo

Les réserves de sang sont faibles
Les réserves de sang sont faibles
Crédit: Pixabay

Les besoins en dons de sang sont toujours autant nécessaires. Chaque début d’année et plus encore avec la dégradation de la situation sanitaire, les réserves sont faibles. Pour inciter à donner son sang, 10 associations étudiantes en soins infirmiers organisent la 2ème édition du « Défi sang limite Grand Est ».

Le début d’année est toujours une période compliquée pour les dons du sang. Les donneurs sont moins présents après les fêtes, puis il y la rentrée scolaire et les épidémies saisonnières telles que la gastro ou la grippe… Le contexte sanitaire actuel lié au Covid-19 n’arrange évidemment pas les choses.

Pour inciter à donner son sang, 10 associations étudiantes en soins infirmiers (ADESI.E, AESIH, AESIS, RHESUS, HYGIDE, CREI, ADESI, AMNESI, CARPE DIEM et ABEIL) lancent le « Défi sang limite Grand Est », pour la deuxième année consécutive. Ce challenge inter-étudiants a pour objectif d’encourager les étudiants dans la filière soins infirmiers à donner leur sang tout au long du mois de janvier, que ce soit dans leur institut de formation ou à proximité, ou encore dans les 9 maisons du don de la région.

Des réserves au plus bas

Les collectes de dons du sang sont fortement touchées par la crise sanitaire actuelle, une baisse de l’affluence a été constatée et les réserves de sang sont très faibles : « moins de 80 000 poches de sang sont disponibles alors qu’il en faudrait 115 000 pour couvrir les besoins des malades de ce début d’année. » explique l’Etablissement Français du Sang par communiqué.

Ce « Défi sang limite Grand Est » doit permettre de (re)mobiliser les étudiants et de recruter de nouveaux donneurs.

Rendez-vous sur le site de l'EFS pour préparer votre don du sang et prendre rendez-vous.