Mobilisation du 15 janvier : la colère des écoles strasbourgeoises

Publié le 14/01/2019 à 15:32

Facebook Twitter Imprimer Envoyer par e-mail Commenter
Mobilisation du 15 janvier : la colère des écoles strasbourgeoises Image de l'événement Facebook "Grève & Rassemblement du 15 janvier : rythmes scolaires".

A Strasbourg, les enseignants, les agents territoriaux de l’Eurométropole ou encore le collectif de parents "Strasbourg Rythmes Scolaires", sont mobilisés ce mardi 15 janvier pour être entendus sur un retour à une semaine de quatre jours.

Anne-Marie Haller est la secrétaire départementale du syndicat enseignant UNSA. Pour elle, le problème vient avant tout d'un manque de communication avec la ville de Strasbourg : "Au lieu d'écouter les conseils d'écoles qui ont dit très majoritairement qu'ils voulaient un retour aux quatre jours, le maire de Strasbourg a décidé de proposer tout autre chose : une nouvelle après-midi de libre dans la semaine, qui serait consacrée à des activités périscolaires, sous la responsabilité de la ville. Cela ferait cinq matinées et trois après-midis d'école. Nous n'avons pas compris d'où sortait cette proposition. On a le sentiment de ne pas avoir été écouté." 

Le maire de Strasbourg Roland Ries rappelle quant à lui qu'une consulation sur les rythmes scolaires a eu lieu et qu'une courte majorité a souhaité un maintien des quatre jours et demi. Pour Roland Ries, même si les résultats entre ceux qui souhaitent les quatre jours et ceux qui privilégient un maintien des quatre jours et demi sont assez proches, il faut tout de même qu'il tienne compte de la consultation : "Aujourd'hui, légalement, les conseils d'école se prononceront sur la proposition du maire de Strasbourg qui résulte elle-même de la consultation qui a eu lieu avec les parents d'élèves et les enseignants, ils étaient favorables à un maintien des quatre jours et demi."

Forte mobilisation attendue

La ville de Strasbourg a déjà annoncé dans un communiqué de presse que les cantines scolaires seraient toutes fermées ce mardi. Pour Anne-Marie Haller, "ça peut être une joyeuse panique dans la mesure où des écoles ont déjà annoncé qu'elles seraient fermées. Comme les agents des périscolaires et les agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles (ATSEM) seront en grève eux aussi, la ville va avoir énormément de mal à trouver du personnel pour accueillir les enfants qui viendront demain."

Un rassemblement est prévu à 11h30 ce mardi devant le Centre administratif de la ville de Strasbourg.


Facebook Twitter Imprimer Envoyer par e-mail Commenter
0

Votre vie privée est importante pour nous
En poursuivant votre navigation, vous acceptez notre charte cookies, nos CGU, la détection des bloqueurs de publicité, le dépôt de cookies et technologies similaires tiers ou non, le croisement avec les données que vous avez fourni dans les formulaires du site afin d’améliorer votre expérience utilisateur, vous offrir des contenus et publicités personnalisés à votre profil, effectuer des études pour optimiser nos offres et prévenir la fraude publicitaire. En savoir plus et paramétrer les cookies.