Polémique autour d'un arrêté "anti-mendicité agressive" à Strasbourg

30 avril 2019 à 17h00 par Anne-Sophie Martin

TOP MUSIC
L'arrêté anti-mendicité concerne trois lieux dont la rue des Grandes Arcades. / @Top Music

Le maire de Strasbourg a signé le 25 avril un arrêté "anti-mendicité agressive", visant trois endroits précis : la place du Temple Neuf, la place du Marché Neuf et la rue des Grandes Arcades. 

Le maire de Strasbourg Roland Ries s'est expliqué sur notre antenne sur cet arrêté anti-mendicité :

C'est un arrêté qui concerne trois endroits où se produisent des phénomènes de mendicité agressive. C'est à dire des menaces pour obtenir de l'argent. La mendicité est aussi vieille que l'humanité. Qu'on tende la main et que l'on s'adresse à la solidarité humaine, cela ne me pose aucun problème. Mais quand on est dans un phénomène différent qui est la menace c'est autre chose.
Si on constate d'ici quelques semaines un effet plumeau, c'est à dire que le phénomène se déplace ailleurs, ce ne sera pas la peine de maintenir l'arrêté
Il faut se rendre compte qu'actuellement le phénomène s'amplifie et s'aggrave. Les menaces à l'égard de ceux qui ne donnent pas deviennent de plus en plus fréquentes et insupportables. -Roland Ries, maire de Strasbourg

Les commerçants des Vitrines de Strasbourg, se sont déclarés satisfaits de cet arrêté. 

Le conseiller municipal de Strasbourg et vice-président de l'Eurométropole, Syamak Agha Babaei a dénoncé cet arrêté. Il a précisé qu’il avait l’intention "d'attaquer cet arrêté devant le tribunal administratif".