A Strasbourg, l'arrêt à la demande dans les bus pour les femmes

13 juin 2019 à 18h19 par Rédaction

TOP MUSIC
Le service d'arrêt à la demande sera expérimentée à Strasbourg à partir du lundi 17 juin. Visuel @CT

Pour lutter contre le harcèlement sexiste, la CTS va tester un dispositif d'arrêt à la demande pour les femmes à partir de 22h dans les bus de la ligne 24 à Strasbourg. La mesure sera expérimentée à partir de ce lundi 17 juin pour une durée de 6 à 9 mois.

La ville de Strasbourg a décidé de suivre ce qui a été mis en place à Bordeaux et à Lyon pour lutter contre l'insécurité des femmes dans les transports en commun. A partir de ce lundi en soirée dès 22 heures, les femmes pourront demander un arrêt à la demande entre deux arrêts afin de les rapprocher de leur destination finale. Ce nouveau service est testée sur la ligne 24 qui relie l'Ancienne Douane à Neuhof Stéphanie, une ligne assez fréquentée en soirée.

Voyons comment fonctionne le service : à partir de 22h, une passagère peut demander l'arrêt à la demande au chauffeur de bus. La demande d'arrêt doit être faite une ou deux minutes avant pour permettre au chauffeur de ne pas stopper brusquement le véhicule. La descente se fera à l'avant du véhicule et dans des endroits précis entre les arrêts identifiés par le conducteur. Aucune montée n'est autorisée entre deux arrêts.

Selon une étude de l'IFOP réalisée en octobre 2018, 86% des femmes ont déjà été au moins une fois harcelées dans la rue, 100% l'ont déjà été dans les transports. Pour le président de la CTS,  Alain Fontanel, il faut songer à améliorer la sécurité des femmes : 

Les femmes, c'est la moitié de l'humanité. L'ordre social se fait en défaveur des femmes qui sont les premières victimes du harcèlement. Il faut donc rétablir les choses pour compenser cette réalité et pour renforcer leur sécurité, c'est pour cela que nous nous adressons aux femmes. 

L'arrêt à la demande reste une expérimentation sur une ligne, la CTS souhaite à l'avenir étendre ce service sur tout le réseau comme l'indique Alain Fontanel : 

Ce service a pour vocation à être dans tous les quartiers sur toutes les lignes, une fois l'expérimentation terminée. Aucun quartier n'est visé ou stigmatisé, l'objectif est de viser l'ensemble du réseau. 

Les conducteurs de la CTS recevront une formation pour effectuer un arrêt à la demande dans les respects des consignes de sécurité très strictes établies par la CTS, et auxquelles les conducteurs ne peuvent déroger.