Objectif "relancer la consigne" en France

20 juin 2019 à 9h25 par Rédaction

TOP MUSIC
Brune Poirson, secrétaire d'Etat auprès du ministre de la transition écologique et solidaire, était

Dans le cadre du projet de loi anti-gaspillage, Brune Poirson, secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Transition écologique, s'est rendue à Kehl en Allemagne où la consigne existe déjà. Puis la secrétaire d'Etat a visité un dispositif de consigne à Auchan Hautepierre à Strasbourg. 

Lors de sa visite à Strasbourg, la secrétaire d'Etat a fait part d'un constat d'échec sur le recyclage en France des canettes en métal et des bouteilles en plastiques 

La conclusion est que le système plafonne en France, il n'est pas efficace. Ce système n'a jamais été conçu pour fonctionner de façon optimale. Dans une ville comme Paris, une bouteille sur dix seulement est collectée et recyclée. Pareil pour d'autres villes, nous sommes à des taux de performances qui ne sont pas satisfaisants.  

L'exemple allemand

Les chiffres en France sont assez inquiétants : 45% des canettes en métal et 55% des bouteilles en plastique sont collectées après avoir été jetées en France contrairement à l'Allemagne qui collecte 90% de ses bouteilles en plastiques jetées. Face à cet écart, l'enjeu est de développer un système de consigne "à la française" comme l'explique la secrétaire d'Etat à la Transition écologique et solidaire, Brune Poirson. Elle indique également les avantages de mettre en place le système de consigne en France : 

Pour la France, c'est l'occasion de créer des nouvelles machines et c'est un projet très bon pour l'environnement quand on sait que les bouteilles en plastique sont les premiers déchets qu'on trouve sur les plages en France, ce n'est plus tolérable. C'est un projet qui est aussi bon pour le travail car ce sont des emplois non délocalisables qui ont du sens sur le territoire français. Enfin ce projet nous oblige à nous dépasser et avoir des taux de collectes enthousiasmants.

La visite de la secrétaire d'Etat Brune Poirson s'est poursuivie à l'hôtel préfectoral de Strasbourg où un comité de pilotage a été lancé pour la mise en place d'un dispositif de consigne. La secrétaire d'Etat s'est ensuite rendue à Oswald dans l'après-midi pour une visite de la déchetterie.  

A Auchan Hautepierre, chaque dépôt de bouteille en plastique rapporte un à deux centimes d'euros. François Demeure Dit Latte, directeur général de la société Reco, filiale de Suez, rappelle que ce qui compte avant tout, c'est le geste de tri :

On voit qu'un centime motive les gens. Quand ils arrivent avec cinquante bouteilles, ils récupèrent cinquante centimes. C'est très peu, mais suffisant pour les motiver. Ce qu'on veut, c'est récompenser ce geste et avec un ou deux centimes, c'est largement suffisant.

La Commission européenne a fixé l'objectif de 90% des bouteilles en plastique collectées et recyclées d'ici 2029.