Strasbourg : VNF a posé son nouveau barrage à la Robertsau

9 juin 2023 à 14h31 - Modifié : 12 juin 2023 à 11h42 par Jules Scheuer

La VNF a posé la première partie de son nouveau barrage à la Robertsau le 8 juin.
La VNF a posé la première partie de son nouveau barrage à la Robertsau le 8 juin.
Crédit : Topmusic - JS

Le jeudi 8 juin, VNF a débuté la pose du nouveau barrage à clapet de la Robertsau. Automatisé, il viendra remplacer l’ancien barrage à aiguilles qui assurait son travail depuis le XIXe siècle.

VNF (Voies Naviguables de France) a signé une franche avancée dans ses travaux de modernisation. Le chantier, lancé l’hiver dernier, est arrivé le 8 juin à une étape clé de son calendrier : la pose du premier morceau du nouveau barrage à clapet de la Robertsau. Une fois fini, le nouveau barrage s’étendra sur 50 mètres de long et 14,9 mètres de large. Le chantier, d’un coût total de 5,2 millions d’euros sera achevé au cours du printemps 2024. 

L'ancien barrage du XIXe siècle sera démantelé

Cette grande nouveauté viendra remplacer un vestige de VNF. Le barrage à aiguilles de la Robertsau, en exercice depuis le XIXsiècle. Dernier du genre en Alsace, il sera prochainement démonté pour laisser sa place au nouvel édifice automatisé. Composé de 750 aiguilles, il permettait de réguler le niveau de l’eau dans Strasbourg au centimètre près. Cependant, il devenait de plus en plus complexe à manipuler pour les employés. 

Des conditions de travail parfois dangereuses

« Le seul inconvénient de ce barrage à aiguilles, c’était dans les moments de crues », explique Philippe Thénoz, directeur territorial adjoint VNF à Strasbourg. Dans ces moments, « il fallait qu’on démonte ce barrage pour ne pas créer d’inondation dans le centre de Strasbourg. Ça nécessitait beaucoup de personnel, cinq ou six personnes, dans des conditions assez dangereuses, de jour comme de nuit. » 

Le nouveau barrage lui ne sera pas donc pas muni d’aiguilles, mais de grands clapets métalliques qui pourront se baisser ou se relever en fonction du niveau de l’eau de manière automatique. Quant aux vestiges du barrages à aiguille de la Robertsau, ils devraient être valorisés une fois démantelés, même si le projet final n’est pas encore connu. 

On en parle aussi en ce moment : 

Trois artistes de Schiltigheim créent une collection de lunettes de soleil

A Mulhouse, on livre les colis sur l'eau

Kronenbourg : des QR codes pour retracer le chemin de votre bière