PUBLIREPORTAGE - Vis ma vie d’artisan du bâtiment

27 juin 2022 à 9h48 - Modifié : 28 juin 2022 à 7h46 par Céline Rinckel

Guillaume sur un chantier avec son équipe
Guillaume sur un chantier avec son équipe
Crédit: DR

A Hindisheim, Guillaume et Ludovic sont cogérants de leur entreprise JS ELEC. Les deux copains âgés de 25 ans recrutent du personnel et ont pour projet la construction d’un bâtiment pour leur société. Mais quel est donc aujourd’hui le quotidien d’un artisan du bâtiment ?

C’est à 100 à l’heure que j’ai rencontré Guillaume, entre deux coups de fil, deux rendez-vous clients et deux déjeuners d’affaires. Guillaume a 25 ans et est déjà chef d’entreprise depuis cinq ans. Après quelques jours de vacances avec son ami Ludovic en 2017, ils décident de se lancer ensemble dans le monde de l’artisanat. Ludovic est électricien et Guillaume a un BTS études et économie de la construction. Une histoire d’amitié qui s’équilibre bien dans le boulot : Ludovic s’occupe de toute la partie technique et Guillaume a une vision plus globale des chantiers (devis, facturation, fournisseurs, etc.).

Une équipe qui s’est agrandie surtout la dernière année

Les deux amis interviennent dans le secteur d’Erstein, mais aussi Sélestat, la vallée de la Bruche, le Kochersberg, Strasbourg, etc. Mais pour répondre à tous les chantiers, il a fallu agrandir l’équipe avec deux chefs d’équipe, deux ouvriers, un apprenti et Catherine, la maman de Guillaume, qui s’occupe de la partie administrative. Pour les questions juridiques, sociales ou encore les formations, Catherine et Guillaume - membre de la CAPEB67 - n’hésitent pas à demander à leur confédération. En quelques heures ils ont une réponse claire et précise.

Un artisan : un boulot à plein temps

Quand je demande à Guillaume comment il résumerait sa vie d’artisan, il me répond « intense » ! Vers 7h-7h30, les équipes ont rendez-vous à l’entrepôt pour préparer le matériel de la journée. Jusqu’à 10h, Guillaume les accompagne sur les nouveaux chantiers. Entre 10h et 12h, Guillaume revient au bureau ou va rencontrer des fournisseurs. Tous les midis, il a des rendez-vous clientèle ou avec des architectes ou des réseaux d’affaires (la CAPEB67 est aussi pour lui un « club business » en quelques sortes). L’après-midi, Guillaume enchaine les rendez-vous clients. Puis le soir il faut faire les devis et dégrossir la journée du lendemain. Le vendredi midi, les patrons déjeunent avec les chefs d’équipe pour parler des chantiers. Les semaines filent ainsi du lundi au vendredi. Guillaume et Ludovic (et leurs salariés !) s’octroient notamment quatre semaines de vacances en été… histoire de pouvoir un peu déconnecter !

Patience, patience…

« Un artisan n’est pas Amazon… il faut savoir parfois attendre pour un devis car on fait une étude, il y a une réflexion », précise Guillaume… qui est un perfectionniste (selon Catherine !). Environ 1 devis sur 3 se concrétise. « Il faut maîtriser le volume de chantiers », explique Guillaume : c’est là aussi tout le travail d’un artisan qui fait vivre plusieurs familles.

Bientôt de nouveaux locaux

Au vu de la hausse des activités, JS ELEC a pour projet de construire un hall dans la zone artisanale d’Hindisheim. Actuellement une partie de l’activité de l’entreprise est dans la maison des parents de Guillaume et une autre partie dans la grange de la maison de Guillaume. En juin 2023, JS ELEC aura donc des locaux plus grands, pour pouvoir accueillir plus de personnel, les clients et les fournisseurs.

…………………………….

Ecoutez Guillaume qui répond à notre question « C’est quoi être artisan aujourd’hui ? » :

C’est avoir cette liberté au quotidien de pouvoir gérer notre temps de travail. Rencontrer beaucoup de monde, des clients. Pouvoir prospérer dans l’artisanat. Développer certaines techniques qui n’étaient pas forcément au goût du jour, actuelles.  De développer pas mal de réseau, de rencontrer du monde, d’être à l’écoute des clients, de prendre du temps avec nos clients. La conjoncture actuelle est compliquée pour nous artisans, on est effectivement sur tous les fronts en même temps, on croule sous les demandes et on essaye de répondre aux clients le plus rapidement possible, d’établir des devis rapides pour pouvoir envisager des travaux dans la même logique. Maintenant effectivement les délais se rallongent : le délais d’approvisionnement est également plus long et la politique de prix actuelle complique un peu la chose. On est sur tous les fronts et on a du mal à se dégager du temps. Notre entreprise va se développer, on est obligé de s’agrandir. On va construire des locaux pour intégrer la partie administrative et stock de l’entreprise dans un hall dédié. On est obligé de le faire au vu de l’augmentation du chiffre d’affaires et de clientèle. Dans les grandes lignes c’est positif et tant qu’on garde la motivation et la passion du métier, tout se passera bien.

…………………………….

La CAPEB, c’est quoi ?

La CAPEB (confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment) est l’organisation professionnelle qui défend, représente et accompagne les entreprises du Bâtiment. Véritable soutien de proximité, la CAPEB apporte aux entreprises toutes les informations (juridiques ou techniques) utiles à leur activité.

En tant que particulier, faire appel pour vos travaux à un adhérent CAPEB c’est faire le choix de la proximité et de la qualité.

www.capeb67.fr

Relisez nos autres reportages : 

PUBLIREPORTAGE - Ce que la CAPEB67 attend des futurs députés

PUBLIREPORTAGE - Les artisans de la CAPEB67 proposent des solutions face à la crise

PUBLIREPORTAGE - Et si on rénovait ?

PUBLIREPORTAGE - La CAPEB67 au coeur de l’apprentissage


En FM

Moselle

  • SARREBOURG : 98.9

Bas-Rhin

  • HAGUENAU : 91.1
  • SAVERNE : 95.8
  • SCHIRMECK : 97.6
  • SELESTAT : 90.1
  • STRASBOURG : 94.5

Haut-Rhin

  • COLMAR : 106.8
  • MULHOUSE : 106.7
  • STE MARIE AUX MINES : 89.7